Retrouvailles du clan Wenge: “ça nous arrivait de louer des taxis et fuir sans rien payer dès qu'on arrive à destination“ (JB Mpiana)

Catégorie
Image
L'artiste Jean-Bedel Mpiana sur le plateau de Karibu Variétés
L'artiste Jean-Bedel Mpiana sur le plateau de Karibu Variétés

Par Serge Mavungu

25 ans après, les ténors du clan Wenge, après plusieurs tentatives, vont se retrouver une même scène, le 30 juin prochain, au Stade des Martyrs des pentecôtes.

Sur plan administratif tout est fin prêt, a indiqué JB Mpiana sur le plateau de l'émission "Karibu variété" de la RTNC, ce dimanche 01 mai 2022. 

Devant ses pairs Werrason, Didier Masela et autres figures emblématiques du clan Wenge, au nombre desquelles Manda Chante, Toutou Calugi, Titina Alcapone , Robert Ekokota, Séguin… et Kusangila, JB Mpiana a remercié

le Gouverneur de la ville de Kinshasa, Gentiny Ngobila Mbaka, qui a autorisé cette grande production scénique.

Assis sur le même fauteuil que son concurrent de toute la génération, Jean-Bedel Mpiana reconnaît cette réconciliation qui les a uni est non seulement symbolique mais significative. Il signale tout de même l'ambiance bon enfant qui régnait parmi eux. 

Pour étayer ses propos, JB Mpiana révèle : "ça nous arrivait de louer des taxis et fuir sans rien payer dès qu'on arrive à destination".

Il reste convaincu que cette nostalgie va développer et susciter quelque chose de plus grand.  

"Nous sommes des amis, les vrais. C'est qu'une première édition, il y en aura beaucoup à l'image de Kassav". 

Il coupe l'herbe sous pieds de n'importe quel oiseau de mauvaise augure ainsi que d'autres démons de division:

"Nous sommes contre le tribalisme. Le Wenge représentait toutes les tribus de la RDC. C'est un exemple de l'unité".

Werrason rappelle que "le clan Wenge" a apporté le Ndombolo. Mais nous avons perdu notre identité, notre référence" qu'il faut à tout prix récupérer.

La communion de ces disciples d'art d'Orphée présage déjà une réussite totale mais les paramètres sécuritaires doivent être pris en compte pour éviter que la fête soit gâchée.