Organisation Mondiale de Commerce : à Abou Dhabi, Jean-Lucien Bussa dénonce l'exportation sans entrave des minerais de la RDC par le Rwanda vers les pays membres !

Catégorie
Image
Jean Lucien Bussa, ministre du Commerce extérieur et député national élu de Budjala
Jean Lucien Bussa, ministre du Commerce extérieur et député national élu de Budjala


Par Serge Mavungu

Le ministre du Commerce Extérieur de la RDC -République démocratique du Congo-, Jean-Lucien Bussa, prend part à la
Treizième session de la Conférence ministérielle d'Abou Dhabi, qui a ouvert ses portes le 26 février 2024 et s'étend jusqu'au 29 du même mois.


Devant ses pairs ministres d'autres pays ainsi que la Directrice générale de l'OMS -Organisation Mondiale de Commerce-, Jean-Lucien Bussa a indiqué que les précités ont, chacun en ce qui le concerne, décrit de manière quasi-exhaustive le contexte particulier dans lequel se tiennent les présentes assises, contexte marqué notamment par la poursuite de la guerre en Ukraine et a ajouté la guerre rapine menée par le Rwanda contre la République démocratique du Congo, ainsi que la résurgence des conflits qui entravent les échanges commerciaux à l'échelle internationale, régionale et même les prévisions de croissance du commerce mondial et bilatérale, avec des effets dépressifs durant l'année en cours.

"Ils ont aussi donné leurs avis sur les différentes questions qui nous préoccupent, lesquelles ont connu, pour certains, des avancées notables. Pour d'autres, par contre, des efforts doivent être fournis pour qu'à travers ces assises, des propositions consensuelles se dégagent au profit de tous", a-t-il dit.

Et de poursuivre: "Ce qui explique l'importance de consensus entre les pays développés et en voie de développement, particulièrement les pays les moins avancés, sur plusieurs points de négociations, à savoir: (i) Réforme du Système des règlements de différends; (ii) la Réforme de l'OMC sur le commerce et la politique industrielle; (iii) les Chaînes industrielles et d'approvisionnement au niveau mondial; (iv) la Réforme sur le commerce et la durabilité environnementale; (v) Commerce et développement en ce compris les questions liées aux pays en développement dans leurs diversités; (vi) Agriculture et la sécurité alimentaire; (vii) la Subvention à la pêche et (viii) (Accord sur la facilitation des investissements".

En ce qui concerne la RDC, a ajouté le ministre de Commerce Extérieur Jean-Lucien Bussa, ses positions sont celles qu'elle a forgées avec les groupes de négociation auxquels elle fait partie, à savoir le groupe Africain, les ACP et les PMA. La RDC voudrait, toutefois, attirer l'attention sur quelques questions qui la préoccupent, notamment sur les Investissements, lesquels constituent un problème crucial pour les PMA Aussi, Accord sur la facilitation de l'investissement pour le développement devrait prévoir des mécanismes simples, souples, flexibles et transparents, permettant l'accès aux capitaux susceptibles de booster le commerce et le développement.

"Concernant la subvention à la pêche, la RDC soutient les négociations en cours sur la surpêche et la surcapacité. Elle encourage, par ailleurs, la mise en place d'un mécanisme de coopération devant empêcher la pêche illicite et l'arraisonnement de bateaux de pêche dans les eaux territoriales entre pays voisins.", a-t-il souligné.

Et de renchérir: "Permettez-moi de revenir sur d'autres questions, toutes aussi importantes, lesquelles, me semble-t-il, appellent également une prise en compte par les règles et les disciplines du Système multilatéral. C'est le cas notamment des minerais ou de tout autre produit qu'on peut qualifier, à juste titre, de sang puisque qu'extraits et exploités au mépris des vies humaines. En effet, il est incompréhensible que les produits, mieux les minerais de sang puissent circuler librement jusqu'à émarger aux statistiques-exports des pays qui ne disposent d'aucun potentiel naturel y afférent.
C'est le cas des minerais tirés de la République démocratique du Congo à la suite de la guerre des rapines menées par le Rwanda qui exporte sans entrave ces produits vers les pays Membres de l'OMC".

Jean-Lucien Bussa a, dans la conclusion de son adresse, indiqué que le commerce étant un piller indéniable de la croissance et du développement durable, estimé, par ailleurs, que la Treizième Conférence ministérielle de l'OMC offrira une occasion propice aux PMA dont la RDC, d'imaginer avec les autres Membres, la manière de rendre efficace le Traitement spécial et différencié, afin d'atteindre des résultats escomptés et les aider à procéder au reclassement et à sortir de cette catégorie des économies vulnérables.

Mardi 27 février 2024 - 17:28