Journée Internationale des Personnes de troisième âge: l'ACVDP interpelle le gouvernement congolais

Catégorie
Image
une personne de troisième âge, dans un Home des vieillards [Photo d'illustration]
une personne de troisième âge, dans un Home des vieillards [Photo d'illustration]

Par Stella Ungaro

L’humanité toute entière a célébré le 01 octobre 2021, la journée internationale des personnes de troisième âge.

En RDC, cette journée a été l’occasion pour les uns et les autres de mener des réflexions sur la protection de cette catégorie des personnes considérées de vulnérables au même titre que les enfants, les personnes vivant avec handicap et les personnes vivant avec le Vih/Sida.

À ce titre, l’Action Contre les Violations des Droits des Personnes Vulnérables, (ACVDP), interpelle le gouvernement congolais pour la mise en œuvre du plan international sur le vieillissement de Madrid 2002, en attendant la publication de son rapport intitulé: « Les droits des oubliés en RDC : personnes de troisième âge ».

Dans son communiqué de presse signé par le président national, Crispin Kobolongo dont une copie est parvenue à la rédaction  d’opinion-infos.cd, l’ACDPV insiste sur la nécessité pour le gouvernement de mettre en œuvre le plan international de Madrid.

La déclaration politique et le plan d’action sur le vieillissement adoptée à Madrid en 2002, lors du sommet mondial sur le vieillissement,vise à faire face aux possibilités et aux défis du vieillissement de la population au XXIe siècle et de promouvoir le développement d’une société pour tous les âges.

Il propose une approche nouvelle et audacieuse de la question du vieillissement au XXIe siècle en adoptant trois orientations prioritaires :

- les personnes âgées et le développement ;

- la promotion de la santé et du bien-être jusque dans le troisième âge ;

- la création d’environnement porteur et favorable.

L’ACDPV a tout de même vanté le mérite pour la RDC de disposer de la loi sur la sécurité sociale   entrée en vigueur en 2018.

Des innovations en cette matière protègent les Personnes de Troisième Âge grâce à la révision de l’âge de l’ouverture du droit  à la pension de retraite et l’allocation de vieillesse fixée désormais à 60 ans  tant pour les hommes que les femmes. 65 ans constituent l’âge limite de départ à la retraite.

« Les employés sont mis à la retraite à l'âge de 55 ans ou 60 ans, pour la fonction publique, et de 60 ans ou 65 ans pour le secteur paraétatique et privé.

En milieu rural, les personnes âgées de 60 à 70 ans restent encore productives à moins que les maladies ne les affaiblissent.

Aujourd’hui, avec la pauvreté accrue de la population de la RDC caractérisée par un IDH faible selon le rapport de développement humain 2016 du PNUD, les vieilles personnes sont considérées comme pratiquant de la sorcellerie nuisible à tout progrès vers le développement.

En effet, actuellement à Kinshasa, au-delà de sa considération normale et naturelle, la mort a toujours une autre cause mystique dont un homme serait à l’origine et non une cause naturelle et c’est là que leur calvaire commence et se manifeste par la violation de leurs droits. » a fait remarquer le président de l’ACDPV.

Aussi d’ajouter que dans bien des religions et sociétés du monde, les cheveux blancs, symbole de la vieillesse, sont considérés comme une bénédiction car ils font preuve d’une récompense Divine à une vie terrestre menée de façon plus ou moins intègre. Ceci fait des personnes de troisième âge femmes ou hommes heureux, qui doivent  jouir d’une grande considération ainsi que d’une attention toute particulière de la part des jeunes et des autorités en charge des questions relatives à cette catégorie de la population.

Samedi 2 octobre 2021 - 09:03