Suspension de la grève des enseignants : Tony Mwaba et syndicalistes corps à corps à Kisantu, avant la clôture de négociations ! 

Catégorie
Image
Le ministre de l'Epst Tony Mwaba en plein entretien avec les syndicalistes, les parents d'élèves et les responsables des écoles, à Kisantu
Le ministre de l'Epst Tony Mwaba en plein entretien avec les syndicalistes, les parents d'élèves et les responsables des écoles, à Kisantu

Par Edmond Izuba

Après avoir été secoué par une grève sans préavis, les enseignants et le gouvernement en phase d'enterrer définitivement leur hache de la guerre. Le ministre de l'enseignement primaire, secondaire et professionnel est allé séjourner à Mbwela Lodge, à Kisantu dans le Kongo-Central, pour imprimer la vision de la gratuité de l'enseignement primaire dans les chefs des syndicalistes. 

Un nouveau paysage se dessine afin de rétablir la confiance entre l'État et ses employés de ce domaine de l'éducation. Depuis jeudi jusque samedi tard, le professeur Tony Mwaba a souhaité capitaliser ce temps de négociations pour baliser un terrain d'entente. 

Un atterrissage en douceur permettra de vider la matière à tous les fauteurs des troubles dans ce sous-secteur de l'enseignement. 

Les enseignants qui ont démontré leur bonne foi en levant la grève disent attendre impatiemment la manne salariale leur promise par le gouvernement d'ici la fin du mois en cours.  

Les cascades de Mbwela Lodge

Non sans prêter le flanc aux oiseaux de mauvaise augure, le minstre de l'Epst s'est renfermé dans sa casquette du négociateur. Enseignant en face de ses paires, le Professeur Tony Mwaba a occasionné un tête-à-tête sans protocole sur les questions qui empoisonnent les relations entre gouvernement et ses employés. 

«C'est un échange fructueux et franc avec toutes nos structures syndicales. Nous lui avons dévoilé tout ce qui ne marche pas dans notre secteur depuis le régime Mobutu», a déclaré à Opinion-Info.cd un membre influent de la délégation syndicale qui avoue que toutes les représentations nationales comme provinciales des différentes structures syndicales étaient présentes.

Les représentants des grandes écoles de la capitale Kinshasa faisaient également partie de ces échanges. 

Aussitôt après ces riches discussions, Tony Mwaba a élagué toutes les incompréhensions qui puissent exister entre la gratuité de l'enseignement primaire, l'enseignement de base ou l'enseignement secondaire. 

Sur les multiples questions soulevées par les représentants des parents d'élèves, les responsables des écoles et les syndicalistes, Tony Mwaba a tenu à clarifier le champ d'application de la gratuité de l'enseignement primaire. 

Il est revenu sur sa circulaire récemment rendue publique pour taire toute confusion. «La gratuité de l'enseignement reste au niveau primaire, elle ne couvre pas l'enseignement de base. l'État prend en charge tous les frais de l'enseignement primaire», a-t-il précisé.  

L'enseignement est payable aux niveaux maternel et secondaire selon les limites des frais fixées par les autorités urbaines. Il y va des frais de minerval et d'autres frais connexes qui tiennent de la situation socio-économique des parents. 

Le ministre a pu faire suivre cette circulaire d'une note d'accompagnement en vue de bien encadrer sa mise en œuvre. Ce qui permettra aux gouverneurs des provinces à prendre des arrêtés fixant les frais à payer leur proposés par les comités provinciaux de l'Epst, dans la mesure où il y a un seuil défini à ne pas dépasser. 

Par une déclaration, la grève des enseignants a été levée ! 

C'est depuis 29 octobre 2020 que les représentants de toutes structures syndicales du pays ont levé la mesure de la grève qui pesait depuis la rentrée scolaire 2021-2022. 

La déclaration est intervenue devant plusieurs membres du gouvernement dont le VPM de la fonction publique, le ministre des finances, ministre du budget, ministre de l'Epst, pour ne citer que ceux là. 

«Après concertation; vu l'urgence et la nécessité; conscient de la responsabilité citoyenne et patriotique qui caractérisent l'enseignant congolais; le ban syndical suspend la grève déclenchée sur l'ensemble du territoire national de la République à dater de ce lundi 1er novembre 2021 sous les attentes ci-après : l'obtention de la note circulaire définissant clairement le champ d'application de la gratuité de l'enseignement et ce, séance tenante, impliquant aussi le ban syndical. La définition de la prise en charge par l'État des enseignants œuvrant dans les écoles primaires publiques non payés, le paiement de toutes les NU (nouvelles unités) identifiées, à partir du mois de novembre avec rappel du mois d'octobre 2021. 

La réactivation des écoles et bureaux de gestion des victimes de la désactivation depuis le mois de juillet 2021, l'identification de la traçabilité du compte reliquat de la paie des enseignants comme source extrabudgétaire à verser au compte de l'Epst», rapporte cette déclaration des syndicalistes. 

Débutées le 28 octobre, les négociations de Mbwela Lodge prendront complètement fin le 12 novembre prochain, soit 15 jours après la séance d'ouverture.