Reprise des affrontements entre FARDC et le M23: Afrika Amani dénonce les retraits mensongers des rebelles

Catégorie
Image
Les rebelles du mouvement du 23 mars [Photo d'illustration]
Les rebelles du mouvement du 23 mars [Photo d'illustration]

Par la Rédaction

Les combats entre l'armée congolaise et les rebelles du mouvement terroriste du 23 mars ont à nouveau repris le matin de ce samedi 18 mars dans les villages environnant Mushaki dans le territoire de Masisi. Cette attaque survient alors que les deux parties en conflit observent le cessez-le-feu recommandé par les chefs d'états régionaux de l'Afrique de l'Est lors des sommets de Bujumbura et Addis-Abeba. 

Les sources civiles de Bunyole, Kabaya et Bihambwe au tour de la localité de Mushaki ont rapporté à la rédaction d'Opinion-info.cd que ce sont les rebelles M23 qui ont attaqué les positions des Forces Armées de la République Démocratique du Congo de Nyamirazo, Kabaya et Kadirisha dans le territoire de Masisi. Ceci après un retrait de ces rebelles dans les localités de Karuba, Muremure, Nyamitaba, Nkingwe, Kagano et Kahuli le 15 mars dernier.

Celle-ci prouve à suffisance la politique dissuasive de ce mouvement supplétif du régime de Kigali qui, d'une part parle d'un retrait et d'autre part ils déclenchent des hostilités. Cette politique est fortement condamnée par l'organisation Afrika Amani par le biais de Théoneste Bahati Gakuru son chargé de Communication

«Oui nous avons été alerté que les affrontements ont repris entre les Fardc et les M23/RDF. L'organisation AFRIKA AMANI, condamne la politique des mensonges des éléments M23 qui d'une part parle d'un retrait et de l'autre part, ils déclenchent les hostilités»

Dans l'entre-temps, Théoneste Bahati Gakuru appelle les belligérants à la cessation des hostilités pour emboîter le pas les voies diplomatiques qui ont été amorcées depuis Luanda, Nairobi, Bujumbura jusqu'à Addis-Abeba dans le but d'épargner les populations des conséquences de la guerre

«Nous sommes toujours entrain d'appeller les deux parties à la retenue et surtout privilégier les voies diplomatiques en vue de permettre la population à vivre dans la quiétude» a-t-il ajouté.

Dans le même angle d'idée, au-moins 500 soldats angolais sont attendus sur le territoire congolais. Leur objectif principal sera de sécuriser les zones où sont stationnés les rebelles du M23 et de protéger l'équipe chargée de surveiller le respect du cessez-le-feu en RDC.

Étiquettes
Samedi 18 mars 2023 - 21:23