RDC: le PRP met en garde Jaynet Kabila, accusée de troubler l'élan du parti

Catégorie
Image
Jaynet Kabila, sœur jumelle de l'ex Chef de l'État
Jaynet Kabila, sœur jumelle de l'ex Chef de l'État

Par Gabin K.

Au sein du Parti de la révolution populaire (PRP), l'on ne digère pas du tout l'influence exercée par Janet Kabila, présidente de la Fondation M'zee Kabila, sur ce parti politique fondé par son père Laurent Désiré Kabila, ancien Chef de l'Etat Congolais assassiné en janvier 2001. Cette influence, à scruter la déclaration lue ce mercredi 22 juin 2022 par Jules Makalakala, Secrétaire général adjoint du PRP, s'apparente à un "trouble" qui perturbe "l'élan que prend actuellement le parti".

"Conscients des menaces portées à l’endroit du Président national du PRP par la Fondation Mzee Laurent Désiré Kabila, face à la résurgence des divergences et des inquiétudes internes, susceptibles de menacer l’unité et l’idéologie du Parti, nous demandons à l’honorable Janet Kabila de cesser de troubler l’élan que prend actuellement le PRP si réellement c’est le parti de son père biologique", ont prié les membres du Comité exécutif national du PRP dans leur déclaration de ce mercredi 22 juin.

Cet élan, à les en croire, est l'œuvre du Secrétaire général du PRP, Jules Banze Mulongo, qui, après trois mois d’exercice, a permis au parti de retrouver "un leadership institutionnel pour sa restructuration et sa restauration"

"De ce fait, le Camarade SG Jules Banze Mulongo, en tant que leader chargé de conduire les destinées du PRP au niveau de la gestion quotidienne des ambitions politiques à l’interne comme à l’externe, ne doit pas être tenu en otage par la présidente de la Fondation Mzee Laurent Désiré Kabila, notre Députée par excellence", ont martelé les membres du Comité exécutif national du PRP, non sans informer à leur "Président national que le camarade Secrétaire général Jules Banze Mulongo ne démissionnera pas". 

Le Comité exécutif apporte tout son "soutien total" au SG Banze et menace de "prendre des dispositions statutaires qui s’imposent" au cas où leur protégé serait poussé à la porte de sortie.

Par ailleurs, le PRP, via cette déclaration, a demandé "à la Coordination du FCC d’exclure toute forme de discrimination et de rétablir le PRP dans ses droits, faute de quoi le PRP se verra dans l’obligation de décider dans les jours qui viennent de quitter la plateforme FCC".