Suppression de la Redevance Logistique et Terrestre : l'ACAJ dénonce une mesure anti- démocratique et interpelle le Gouvernement

Catégorie
Image
De gauche à droite, le président syndical de la SCTP SA Armand Osase et le coordonnateur de l'ACAJ Me Georges Kapiamba
De gauche à droite, le président syndical de la SCTP SA Armand Osase et le coordonnateur de l'ACAJ Me Georges Kapiamba

Par la rédaction

Au cours d'un point de presse conjoint tenu, ce mardi ce mardi 26 juillet, avec la délégation syndicale de la SCTP SA et de la SNCC SA, l'Association congolaise pour l'accès à la justice (ACAJ) a convié le Gouvernement à sursoir l'exécution de la supression de la Redevance Logistique et Terrestre ( RLT). Le coordonnateur de l'ONG ACAJ, Me Georges Kapiamba a fait remarquer que cette mesure est une menace grave contre l' État de droit prôné par le Chef de l'État Félix Tshisekedi.

" Cette mesure met en danger la survie de la SCTP SA et la SNCC SA, et risque inutilement d'ouvrir un front social qui viendrait malheureusement se greffer sur les fronts militaire, sécuritaire et politique auxquels le Gouvernement est actuellement confronté", a-t-il indiqué. 

D'après les informations recueillies par l'ONG ACAJ, les décisions adoptées en Conseil des ministres lors de sa session du 08 juillet sont consécutives à des doléances formulées par la Fédération du Congo ( FEC) qui estime que certains prélèvements seraient arbitraires et contraires à l'amélioration du climat des affaires en RDC. 

De son côté, l'association congolaise pour l'accès à la justice rappelle notamment que "La RLT appartient à l'État Congolais qui la met, selon les modalités prescrites par l'arrêté sus évoqués, à la disposition de la SCTP SA et la SNCF SA qui constituent, non seulement des outils d'intégration nationale, mais également une pierre angulaire du commerce extérieur et de l'économie nationale."

Et aussi, " Le substrats de la RLT aux entreprises bénéficiaires de disposer, selon les modalités prescrites par l'arrêté interministériel, des ressources financières nécessaires à leur réhabilitation des infrastructures portuaires et ferroviaires et leur concédées par l'État, ainsi que l'acquisition des équipements susceptibles de la rendre compétitives dans l'accomplissement de leur mission d'intérêt général. Sur base du financement de la RLT, les Entreprises bénéficiaires ont concocté des progrès ambitieux d'investissement dont certains sont d'ores et déjà en cours d'exécution et/ou en voie de l'être."

Le président de l'ONG ACAJ invite par ailleurs le gouvernement de convoquer, et sous présidence, une concertation entre les parties prenantes aux fins d'identifier et de résoudre dans la sérénité et la concorde les maux qui minent le commerce extérieur de la RDC et, plus généralement de l'économie nationale devenue un terrain où seule la loi de la FEC est Malheureusement audible.