Interdiction d'inscription des élèves après sextape : opposé, Patrick Nkanga estime qu'on ne peut pas livrer des mineurs à la vindicte populaire

Catégorie
Image
Patrick Nkanga, rapporteur du bureau politique du PPRD
Patrick Nkanga, rapporteur du bureau politique du PPRD

Par G.T

La décision de l'interdiction d'inscription des élèves auteurs de la vidéo sextape suscite une avalanche de réactions en RDC. Patrick Nkanga, rapporteur du bureau politique du PPRD, estime que la sanction infligée aux élèves est très sévère. " on ne peut pas livrer des mineurs à la vindicte populaire ", fait-il observer.

Visiblement affligé par ce comportement indigné des élèves, ce cadre de l'ex parti présidentiel explique cependant que la sanction infligée ne doit pas avoir pour conséquence : la perdition, mais plutôt la correction. " Une décision administrative ne se prend ni se lit comme une déclaration politique"

Et de s'interroger : " Quelle est l’autorité habilitée ?, Quelle décision prendre conformément à la Constitution, à la loi et au règlement qui régit leurs établissements ?, Quid de l’éducation nationale ?"

Dans la même optique, Patrick Nkanga souligne que la société a le devoir de rééduquer même ses pires enfants. " ils doivent être sanctionnés pour revenir sur le droit chemin".

Pour rappel, les élèves de collège Saint Georges auteurs de ces actes pornographiques et immoraux sont definivement exclus de l'école et sont interdits d'être inscrits dans d'autres écoles sur toute l'étendue du territoire national. La décision a été prise à l'issue de la réunion du conseil de discipline de cette école à laquelle a pris part le ministre de l'Epst, Tony Mwaba.