Kasaï Oriental : en attendant le mot d'ordre, l'UDPS retient la candidature de Paul Tshilumbu dans la course au gouvernorat contre 15 autres candidats

Catégorie
Image
Le député national Paul Tshilumbu à droite du président Félix Tshisekedi
Le député national Paul Tshilumbu à droite du président Félix Tshisekedi

Le Kasaï-Oriental fait  exception des 11 autres  provinces où les postes des gouverneurs sont vacants. La commission électorale permanente de l’UDPS a rendu publique la liste des prétendants à la fonction de Gouverneur pour l'unique province du Kasaï-Oriental. La province diamantifère a elle seule 16 candidats qui se sont lancés dans la course parmi lesquels plusieurs députés nationaux de l’UDPS. Tandis que d'autres provinces dont les gouverneurs ont été déchus le nombre des candidats varient entre deux et quatre.

Cette liste des candidats gouverneurs du Kasaï oriental de l'UDPS est composée pour la plupart des députés nationaux et des anciens membres du régime précédent.

Opinion-Info.cd a eu accès à cette liste dont les noms figurent de manière suivante ;

1. Mwamba Kabamba Jean Nico

 2. Mwanza Mulomba Francis

 3. Tshilumbu Kantola Paul                

4. Kasanda Kadiesa Serkas

5. Beya Mulumba Alidor

6. Ngalula Ilunga Éric

 7. Mangabu Luabeya Nadine

 8. Mponda Mudimba Thierry

 9. Mukeba Kalengayi David

10. Kabeya Matshi Abidi Patrick

11. Mukendi Biaya Édouard

12. Kasonga Mukuta Joseph Antoine

13. Kabeya Tshilundu Nkulu Roger

14. Luzawu Kaninda Robert

15. Onoya Yoka Héritier

16. Tshibangu Kabula Freddy

La CEP du parti présidentiel va ensuite passer au toilettage de cette liste sous la supervision des autorités du parti afin de dégager un candidat unique.

Au sein du parti, plusieurs sont ceux qui exigent un débat contradictoire entre candidats, pour ne pas tomber l’erreur de 2018 avec Djunes Maweja. D’autres par contre préfèrent s’en remettre à la hiérarchie pour une décision discrétionnaire.

À Mbujimayi, l’afflux des candidats au poste de gouverneur au sein de l’UDPS laisse perplexe la population. Nombreux s’interrogent si tous veulent servir la population ou sont à la recherche des intérêts personnels. Les députés sont invités constamment à faire un choix judicieux en toute conscience, sans nécessairement se fier au «mot d’ordre» qui viendra de Kinshasa, car, leur choix indépendant permettra la province de ne pas revivre c'est qu'elle a vécu deux années dernières.