RDC-CENI : au front contre Kabila en 2016, le CLC invite FATSHI à ne pas entériner Kadima et à appliquer le parallélisme de forme

Catégorie
Image
Marche du CLC en 2016 [ photo d'illustration]
Marche du CLC en 2016 [ photo d'illustration]

Par G.T

Le Comité laïc de Coordination, structure proche de l'église catholique, demande à Félix Tshisekedi de ne pas entériner le choix de Denis Kadima. Le CLC dit regretter l'entérinement par l'assemblée nationale de ce choix alors que les divergences persistaient au niveau de la plateforme confession religieuse.

" C'est avec tristesse et consternation que nous remarquons que le même scénario qui avait présidé à la désignation de Ronsard Malonda ait pu prévaloir encore cette fois-ci malgré les efforts fournis pour que cette désignation puisse s'opérer dans un consensus le plus large possible. Il s'agit juste de l'organisation des élections que nous voulons paisible. Le fait que nous nous retrouvions exactement dans la même configuration est vraiment déplorable», a dit Hervé Diakese, porte-parole de cette organisation sur RFI.

Me Hervé Diakese s'en remet dès lors à la sagesse du Chef de l'État. " Nous espérons que tout le monde puisse se ressaisir et que le Chef de l'État puisse appliquer par parallélisme de forme la même mesure qu'il avait prise en son temps c'est de ne pas prendre une ordonnance d'investiture lorsque la désignation est faite dans un contexte contestable".

Cette réaction du CLC intervient après celle de la CENCO, qui par le biais de Mr l'abbé N'shole, s'est farouchement opposé à la désignation de Denis Kadima par l'assemblée nationale.  La CENCO et l'ECC, deux confessions religieuses, jugent Denis Kadima très proche du pouvoir en place et s'opposent à son entérinement.

Pour rappel, le CLC était au front en 2016 pour s'opposer au troisième mandat de Joseph Kabila et contre toute tentative de modification de la constitution. Plusieurs marches étaient organisées sur leur initiative.