Taxe RAM: plusieurs mouvements citoyens saisissent le Premier ministre pour sa suppression à titre conservatoire !

Catégorie
Image
Les militants de la Lucha, Filimbi et les Consommateurs lésés, lors du point de presse conjoint, au Cepas à Kinshasa.
Les militants de la Lucha, Filimbi et les Consommateurs lésés, lors du point de presse conjoint, au Cepas à Kinshasa.

Par Gratis Makabi

Le mouvement citoyen Lutte pour le Changement (Lucha) a saisi, ce lundi 18 octobre 2021, le Premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde pour demander la suppression à titre conservatoire de la  taxe RAM.

Quelques heures avant cette cette demande, la Lucha, Filimbi et les Consommateurs lésés ont organisé un point de presse conjoint, au Cepas à Kinshasa, au sujet de la même problématique.

Devant la presse, ces mouvements citoyens ont exigé la suppression totale de cette "vaste escroquerie" étatique qui menace fortement la paix sociale des congolais.

"Nous avons suivi avec beaucoup d’indignation, les réponses totalement imprécises et incomplètes de Monsieur Augustin Kibassa, Ministre des Postes,

Télécommunication et Nouvelles technologies de l’Information et Communication (PT-NTIC), interpellé par une question orale avec débat, par suite des questions des députés nationaux relatives à la mise en place, depuis plus d’un an, d’une "taxe illégale" sur le Registre des Appareils Mobiles (RAM). Cette plénière, qui s’est tenue après deux reports consécutifs, sans motif, par le Bureau de l’Assemblée Nationale, avait déjà fait l’objet de plusieurs dépôts de questions orales étonnement classées sans suite. Ces prélèvements qui ont généré plusieurs millions de dollars américains, ne sont repris ni parmi les taxes de l’Autorité de

Régulation de la Poste et des Télécommunication (ARPTC), qui en a la gestion, non incluses dans la Loi des Finances rectificative 2020, ni dans la Loi des Finances 2021, et encore moins dans celle de 2022", ont-ils indiqué.

Et ces mouvements citoyens de poursuivre: "L’opération consiste à retirer directement du crédit téléphonique, dépendamment du type de téléphone, sur tous les numéros actifs. Elle est présentée comme un simple service alors qu’aucune souscription n’est requise, ce qui est bien entendu totalement illégal. Et plus grave encore, les fonds ainsi récoltés échappent à tout contrôle".

La Lucha, Filimbi et les consommateurs lésés ont, en outre, relevé qu'ils vont lancer dès, le lundi 25 octobre prochain, une campagne de sensibilisation et mobilisation citoyenne contre la taxe RAM.