RDC : quatre mandataires publics ont satisfait à la vision du chef de l’Etat sur « le peuple d’abord » [Sondage Échos d'Opinion ]

Catégorie
Image
[Photo d'illustration]
[Photo d'illustration]

Par la Rédaction

Bien avant l’élaboration et le dépôt, par le Premier ministre, chef du gouvernement, Jean-Michel Sama Lukonde, à l’Assemblée nationale du projet de loi de finances pour l’année 2022, quelques mandataires des entreprises publiques se sont distingués par leur bonne gestion managériale des ressources humaines, matérielles et financières.

Ils ont, à cet effet, multiplié des stratégies pour la mobilisation des recettes. Ils ont appliqué convenablement le slogan «Le peuple d’abord» lancé par le chef de l’Etat. Ils ont donc battu le record de la bonne gouvernance. Pour cette raison, l’Institut Echos d’Opinion a interrogé quelques échantillons de toutes les couches sociales pour connaître leur opinion sur le comportement affiché par les mandataires des entreprises publiques dans la période de juillet à octobre 2021. Ce travail a été effectué sur un échantillon de 1000 sujets de toutes catégories et de tous les niveaux d’études. Il se veut aussi bien qualitatif que quantitatif. Parmi ces mandataires, quelques-uns ont été retenus.

Il s’agit de:

A. Victor Tumba Tshikele: Il s’est fait remarquer dans un premier temps par l’inauguration, par le chef de l’Etat, des sauts de mouton, et dans un second temps, par le vent nouveau qu’il a insufflé au sein de l’Office des voiries et drainage-OVD. A cela rien d’étonnant, d’autant que le Directeur général Victor Tumba est conscient de l’importance des routes en tant que facteur de développement d’un Etat. Les routes bien entretenues et en bon état favorisent la création d’emplois, l’accroissement des échanges commerciaux entre les provinces, facilitent la circulation des biens, des personnes ainsi que des investissements.

Il est convaincu de leur impact considérable sur le développement économique et social étant donné qu’en reliant les différents centres de production et de consommation du pays, l’offre rencontre la demande sur le marché, et ainsi, l’on provoque la croissance économique. Ce qui, en définitive, augmente la production et réduit la pauvreté. De ce fait, le Directeur général de l’OVD accompagne la vision du chef de l’Etat, celle d’améliorer la situation sociale de la population. Sa cote de popularité est de 78%. 

B. Lucien Ekofo Bonyeme: Il a hérité d’une société publique appelée à travailler dans un contexte de concurrence à cause de l’arrivée de nouvelles sociétés d’assurances. Mais, cela n’a pas diminué la volonté du Directeur général de la société nationale d’assurances –SONAS- d’aller de l’avant, de satisfaire les besoins du peuple congolais. Pour y arriver, il a mis en place un plan managérial qui, en si peu de temps, lui a permis de redorer le blason terni de cette entreprise du portefeuille de l’Etat. Pour cette raison, il a reçu les encouragements du chef de l’Etat. La paix sociale dans laquelle vivent les salariés de la Sonas, est un indicateur majeur de la qualité de son travail.

La société nationale d’assurance tire bien son épingle du jeu en contribuant dans la maximisation des recettes de l’Etat, et en assistant, comme il se doit, les sinistrés. Avec les produits mis sur le marché, la Sonas s’impose sur d’autres assureurs dans un environnement concurrentiel. Il mérite 75% d’avis favorables.

C. Jean-Simon Mfuti: Nommé le 20 juillet 2021 aux fonctions de Directeur général intérimaire de la Caisse nationale de sécurité sociale –CNSS-, le docteur Jean-Simon Mfuti a mis en place un management participatif qui permet d’éviter les malentendus susceptibles de créer des tensions au sein d’une entreprise et de provoquer l’arrêt du travail. Grâce à ce système, l’information circule désormais sans encombre entre le sommet et la base, ce qui a pour finalité la réduction des conflits. Dans ce cadre, un dialogue permanent a été instauré en vue de maintenir un esprit d’entente entre le comité de gestion et le personnel.

Suspendu depuis longtemps, ce dialogue social relancé par l’actuel Directeur général, vise le maintien de la paix sociale au sein de l’entreprise, en mettant l’homme au centre de toutes les actions.

Photo

Dans cet ordre d’idées, Simon Mfuti organise régulièrement des rencontres avec les syndicalistes, les contrôleurs, les inspecteurs de la CNSS, les agents techniques, et ceux de services employeurs et salariés, etc. Il tient également de réunions avec les cadres à qui il expose sa vision et sa conception de la culture d’entreprise. Cela aboutit à de fructueux échanges entre les parties, et lui donne la possibilité de s’informer sur les attentes de travailleurs.

Simon Mfuti qui connaît parfaitement les méandres de la Cnss dont il a dirigé, pendant une période, la Direction provinciale du Kongo Central, n’avait pas tardé à annoncer les couleurs de son mandat, en procédant au paiement des prestations sociales du second trimestre 2021 sur toute l’étendue du pays. Par ailleurs, le DG a finalisé la révision de la convention collective de la CNSS qui a été signée. 

Le dialogue permet aussi à Jean-Simon Mfuti de procéder à la sensibilisation des employeurs au respect de la législation en matière de sécurité sociale. Par ailleurs, dans une note référencée DG/CNSS/N°2650/2021 du jeudi 16 septembre dernier adressée à la Direction financière et aux Centres de gestion, le Directeur général intérimaire de la Caisse nationale de sécurité sociale a informé ces derniers de la décision du Conseil d’administration de procéder à l’augmentation des frais de transport alloués aux contrôleurs. 

Bien plus, il a relevé le montant minimum de la pension de vieillesse à 320.000 CDF payable par trimestre, et a visité tous les immeubles et villas appartenant à la CNSS, pour se rendre compte de leur situation du moment, et envisager éventuellement des travaux de réhabilitation. A cela s’ajoute la performance d’avoir mobilisé en un mois seulement des recettes évaluées à plus de 7 milliards CDF, soit près de 4 millions USD.

Ses premières actions éclatantes lui ont valu la côte de 68% d’opinion favorable.

D. Gaby Lubiba: Le Directeur général intérimaire de l’Office congolais de contrôle –OCC-, a totalisé plus de cent jours depuis sa nomination à la tête de cette entreprise publique de l’Etat. Parmi ses actions prioritaires, la rationalisation des dépenses non essentielles, a constitué sa principale préoccupation. Ce, en vue de dégager l’espace budgétaire des dépenses sociales, et celles liées aux secteurs de croissance. Une autre dimension de son plan de travail repose sur la volonté de privilégier l’intérêt général et d’impulser une incidence sur le bien-être quotidien de tous, à travers l’amélioration de la gouvernance budgétaire.

En outre, le DG Lubiba a entrepris, dès son entrée en fonction, une séance de travail avec l’Inspecteur général, Chef de service de l’Inspection générale des Finances; puis procédé à la mise en place d’une commission chargée de consolider les états des lieux de l’office; organisé une conférence avec les chefs des départements centraux et leurs adjoints, ainsi que le chef de Division médicale, relative à la communication de la vision de la Direction générale.

L’efficacité de son action s’est poursuivie dans la mise en place d’une équipe chargée d’examiner le planning de trésorerie des entités de l’Office tous les 27 et 28 du mois; la relance de la paie des créances de Gécamines; la paie de la partie restante du salaire du mois de juin 2021 de l’ensemble de la République; des salaires des mois de juillet et août 2021 à la date du 25 du mois.

Les actions enregistrées en un temps record dépassent les attentes de plusieurs observateurs, pour cette raison, les personnes interrogées par notre Institut de sondage lui attribuent la note de 68% d’opinion favorable. 

Sondage “Echos d’opinion”