Christophe Mboso demeure intransigeant face à Uhuru Kenyatta sur le M23: “l'État congolais ne peut pas négocier avec les terroristes”

Catégorie
Image
Christophe Mboso accompagné des membres du bureau de l'Assemblée nationale à la sortie de l'audience accordée par le Facilitateur Uhuru Kenyatta
Christophe Mboso accompagné des membres du bureau de l'Assemblée nationale à la sortie de l'audience accordée par le Facilitateur Uhuru Kenyatta

Par la Rédaction

Le président de l'Assemblée Nationale, Christophe Mboso a ouvertement dit à Uhuru Kenyatta, Facilitateur désigné de l'EAC, que l'État Congolais ne peut pas négocier avec le M23 parce que c'est un groupe terroriste

Il faudrait, a-t-il poursuivi, bien avant d'entamer une quelconque démarche que les conditions posées soient respectées, à savoir : les rebelles doivent déposer les armes, quitter les territoires occupés illégalement.

Le speaker de la Chambre basse du parlement a toutefois salué la volonté de l'ancien président Kenya pour la cause du Congo. 

« Nous allons d’abord remercier le président Uhuru Kenyatta pour avoir accepté cette mission délicate de facilitation. Nous sommes venus répondre à l’appel de la paix. Il a pris cette charge pour essayer de ramener la paix, avec le concours de tous les hommes de bonne volonté. Nous sommes venus lui dire ce que nous pensons pour que la paix revienne d’une manière durable et définitive en RDC ».

Pour l’honorable président, « le peuple congolais est pacifique et demande de vivre en paix, fraternité avec tous le Etats voisins ». 

Signalons que le président de l'Assemblée nationale était accompagné de tous les membres de son bureau. 

Uhuru Kenyatta a clôturé ce lundi 14 novembre sa mission en RDC. Il a pris langue avec le chef de l'État, les ambassadeurs accrédités en RDC, les acteurs politiques, de la Société civile et leaders de communautés locales.