Déchéance du gouvernement Ngwabidje au Sud-Kivu : le VPM Aselo hausse le ton contre les instigateurs de la déstabilisation !

Catégorie
Image
Le VPM de l'intérieur Daniel Aselo
Le VPM de l'intérieur Daniel Aselo

Par la Rédaction

Le VPM de l'intérieur, Daniel Aselo digère mal le contour que prend la crise au niveau de la province du Sud-Kivu entre le gouvernement provincial et l'Assemblée provinciale. Dans un message relayé à travers les réseaux sociaux, peu avant la déchéance du gouvernement Ngwabidje, le patron de l'intérieur a condamné l'attitude de certaines personnes qui, selon lui, s'emploient à déstabiliser le Sud-Kivu.

" Ce n'est pas l'urgence ce que vous faites", a tenté de faire comprendre le VPM au président de la société civile du Sud-Kivu en réaction de l'audio lui transféré.

Avant d'ajouter : "Ce n'est pas la priorité ni pour nous ni pour le Président de la République. Le pays court un danger qu'on nous parle toute la communauté internationale. Je serai responsable pour avoir fait quoi?". 

Dans ce même audio, le VPM de l'intérieur Daniel Aselo rappelle que c'est sur ordre du président de la République qu'il a invité le gouverneur du Sud-Kivu et le président de l'Assemblée provinciale à Kinshasa pour leur dire que le Chef de l'État ne veut pas les actes de déstabilisation d'une quelconque province. "A ce jour, les yeux de tout notre peuple est tourné vers les provinces du Sud et du Nord-Kivu et de l'Ituri" 

Se fiant aux nombreux rapports, le VPM a aussi fait remarquer qu'à l'heure actuelle la thèse sur la présence des ennemis dans ce coin du pays se confirme davantage. En ce sens, dit-il, la population est appelée à appuyer les actions du gouvernement.

Au total, 27 députés sur 34 présents à la plénière ont dit oui pour la déchéance du gouverneur Théo Ngwabidje et de son Gouvernement.