RAM: une motion de défiance contre Kibassa sera déposée ce vendredi à 10h

Catégorie
Image
Augustin Kibassa, ministre des PTNTIC
Augustin Kibassa, ministre des PTNTIC

Par la rédaction

Les députés nationaux ne décolèrent pas face au Registre des appareils mobiles (RAM). Remontés après le report sine die de la seconde audition du ministre Augustin Kibassa Maliba, ils sont passés à la vitesse supérieure en résolvant de déposer, demain vendredi 8 octobre à 10 heures, une motion de défiance contre le patron des PTNTIC.

Alors que le règlement intérieur impose à un député de mobiliser 50 signatures pour pouvoir déposer une motion de défiance contre un membre de gouvernement, le député Claude Misare affirme avoir largement dépassé le seuil légal de signatures.

«Je vous confirme que j’ai les signatures pour déposer la motion de défiance au cas où le Ministre ne supprime pas la taxe RAM. Le règlement intérieur prévoit 50 signatures, moi j’ai plus de 50 signatures par rapport à la motion», a-t-il annoncé à la presse. Et de révéler: «il (le ministre Kibassa Maliba, NDLR) a parlé de 25 millions de dollars déjà collectés mais selon nos calculs, cette histoire (RAM, NDLR) a fait entrer plus de 106 millions de dollars seulement pour les six mois».

Fort de ces révélations, du report sine die de la seconde audition et des réponses peu satisfaisantes de Kibassa Maliba, l'élu d'Uvira a mis en exécution la menace brandie depuis des jours.

Auteur de la question orale avec débat sur le RAM, cet élu national avait prévenu de transformer celle-ci en motion de défiance qui, en cas d'adoption par la plénière, va consacrer le départ du gouvernement du ministre des PT-NTIC.

Dans sa démarche, le député UNC peut d'ores-et-déjà compté sur le soutien des élus nationaux membres du Front commun pour le Congo, qui ont boycotté la plénière de ce jeudi, estimant qu'il y a nécessité de vider le dossier RAM avant d'examiner toute autre matière. Bien avant l'acte de ce jour, les députés FCC ont émis une déclaration par laquelle ils ont exigé la suppression de la très controversée "taxe" RAM.