Bradage des actifs de la société COMINIERE SA : l'ACAJ invite les parlementaires à se pencher sur les questions de la gouvernance des ressources naturelles

Catégorie
Image
Le président de l'ONG ACAJ Georges Kapiamba lors d'une conférence de presse organisée à Kinshasa, le 14 mai
Le président de l'ONG ACAJ Georges Kapiamba lors d'une conférence de presse organisée à Kinshasa, le 14 mai

Par G.T

L'association congolaise pour l'accès à la justice (ACAJ) invite les parlementaires à reprendre à bras le corps la question de la gouvernance des ressources. Cet appel de l'ONG ACAJ fait notamment suite au bradage des actifs de la société COMINIERE SA sur ses gisements de Lithium situé dans le territoire de Manono dans la province de Tanganyika. L'ACAJ veut donc que soit revisité le contrat DATHCOM Mining de manière à rééquilibrer les intérêts.

Au cours d'une conférence de presse tenue ce samedi 14 mai, Me Georges Kapiamba, président de l'ONG ACAJ a souligné que les opportunités d'ordre économiques et miniers qui s'offrent dans ce territoire en rapport avec les gisements que l'état congolais a confié à la société étatique ou public COMINIERE que les activités qui sont menées dessus jusqu'à ces jours ne sont pas de nature à garantir au peuple congolais un quelconque bénéficie ou avantages.  

Et de poursuivre : " Toutes les opérations à caractère juridique qui ont été menées en rapport avec ces gisements entre l'état congolais, la COMINIERE et différentes sociétés citées ont contribué au Bradage des intérêts du peuple congolais et qu'il n'est plus permis au stade actuel d'espérer même dans le cadre de la mise en place de l'industrie de fabrication de transformation des batteries électriques avec un des composants importants qui devra provenir de ces gisements à savoir le lithium que le peuple congolais sera gagnant  parce qu'avec 5% dans le capital social on ne peut rien espérer."

D'après l'ACAJ, il faut dès lors une mobilisation générale pour cette question soit inscrite parmi les priorités afin de sauver l'intérêt du peuple congolais d'autant que ce sont des actes qui ont dépossédé les congolais de leurs biens.

" Nous devons tous nous mobiliser ensemble avec les parlementaires, les responsables politiques pour que les discussions soient vite relancées devant permettre aux associés de la société de DATHCOM notamment MMS, AVZ il faudrait que le gouvernement ainsi que les parlementaires pour regrouper toutes ces sociétés", a-t-il conclu.