Évadé de la prison de Kasapa : Emmanuel Stoupis est passé par Zambie avant de rejoindre la Grèce !

Catégorie
Image
[Photo d'illustration] Emmanuel Stoupis embarqué dans un avion à destination de Kinshasa, la prison centrale de Makala
[Photo d'illustration] Emmanuel Stoupis embarqué dans un avion à destination de Kinshasa, la prison centrale de Makala

Par Jean-Chrysostome Luntadila                     

Condamné pour faux et usage de faux, le sujet grec Emmanaül Alexendro Stupis a occasionné une évasion digne d'un film d'action hollywoodien. Cette libération frauduleuse a été maquillée par un document fournit comme faisant foi d'une grâce présidentielle signée par le chef de l'État. Une scène inédite qui s'est déroulée au chant du coq du 10 octobre 2021.

Comme annoncé dans notre précédente publication, le sujet grec, l'ancien détenu de la prison de Kasapa dans le Haut-Katanga avait pris soin de planifier sa fuite en complicité avec certaines autorités pénitentiaires. Emmanaül Stupis s'est échappé belle de son incarcération non pas par la direction de Kinshasa, mais plutôt vers la Zambie en passant par la route Kasenga

«Les autorités judiciaires et certaines de la Direction Générale de Migration ont été soudoyées tour à tour pour lui faciliter la tâche. Avec un visage complètement masqué, le fugitif a été acheminé par KASENGA, où il a  traversé la frontière en pirogue afin d'atteindre la Zambie. De là, il aura mené d'autres démarches pour achat de billet d'avion afin de s'offrir un voyage paisible vers sa Grèce natale», renseignement les sources proches du dossier.

D'autres sources n'hésitent pas à citer et confirmer le nom du Directeur de la prison de Kasapa parmi les têtes d'affiche ayant manœuvré pour le délinquant Stoupis.

«Nous confirmons que le Directeur de la prison de KASAPA a eu bel et bien à commettre en écritures un faux, tel que le démontre la fiche de libération de l'évadé grec. Il prétend que Emmanuel Alexandre Stoupis avait été arrêté, le 4 décembre 2020, pour faux et usage de faux pour 26 mois de pervitude pénale principale au motif falsifié en "libéré par ordonnance présidentielle n° 21/059 du 28/07/2021», martèlent les sources.

Cette fraude scandaleuse rappelle la mafia sicilienne à la “Casa NOSTRA ou Mexicaine” qui sévit dans le Katanga à la barbe des autorités, au détriment de l'état de droit, combat mené par le Chef de l'État Félix Tshisekedi.

L'arroseur arrosé

À titre de rappel, Emmanuel Stoupis, après avoir été entendu dans un procès en justice, avait été condamné à 5 ans de prison ferme. L'ancien Bâtonnier Jean-Claude Muyambo, principal plaignant, et compagnie avaient accusé le sujet grec d'avoir fourni les faux témoignages devant la justice pour obtenir l'emprisonnement de plusieurs dignitaires Katangais. D'autres étaient obligés de faire l'exil.

En 2015, pendant que l'opposition radicale contre le régime de Joseph Kabila battait son plein, la justice de l'époque de Kabila s'est servie des témoignages de cet opérateur économique Stoupis pour l'arrestation et la condamnation de Muyambo.

Par ce complot éhonté avec le régime Kabila, Muyambo va passer plus de 3 ans à la prison centrale de Makala en attendant l'arrivée du nouveau régime “Tshisekedi”. 

Nombreux et innombrables Katangais étaient curieux de voir la suite d'un sujet étranger qui s'était coalisé avec l'axe du mal pour descendre les leaders politiques de leur région en échange de certains avantages. Comme il fallait s'y attendre, il s'est servi de la fraude pour dire au-revoir à ses anciens amis d'affaires en optant de quitter la province par la petite porte de l'histoire.