Enrôlement des électeurs : Lamuka dénonce le monnayage des places et des attestations des perte des pièces

Catégorie
Image
Martin Fayulu s'adressant à la population Congolaise ce vendredi 30 décembre 2022
Martin Fayulu s'adressant à la population Congolaise ce vendredi 30 décembre 2022

Par Fadi Lendo

La Coordination des opérations électorales ( COEL) de la plateforme LAMUKA a dénoncé , dans un document rendu public le vendredi 13 janvier, la corruption dans les centres d'enrôlement entre autre le monnayage des places et des attestations des pertes des pièces.

COEL a , aussi, dénoncé l'existence des centres d'enrôlement dans les maisons des particuliers et la qualité de la carte d'électeurs qui laisse à désirer.

"Les observateurs disent que 50% des centres repris sur la liste de la CENI ne sont pas opérationnels et d'autres n'existent même pas. Les agents commis aux opérations d'enrôlement sont généralement incompétents et peinent à utiliser les machines mises à leur disposition ; les machines sont en panne et les techniciens de la CENI n'arrivent pas à les réparer. Les opérations d'enrôlement sont très lentes" a dénoncé la COEL.

La Coordination des opérations électorales a, par ailleurs, demandé à la commission électorale nationale indépendante ( CENI) de publier non seulement le nombre s'enrôler par centre d'enrôlement et par province pour les 20 premiers jours mais aussi de mettre à la disposition des congolais le cahier des charges repris dans l'appel d'offres pour assurer si les kits livrés correspondent aux spécifications de la CENI. 

" Le nombre d'enrôlés par kit est loin inférieur aux estimations de la CENI. Au lieu de 72 enrôlés par jour et par machine à Kinshasa, par exemple, notre équipe a constaté qu'en moyenne un kit n'enrôle qu'entre 30 et 40 personnes" dit - elle .

Et d'ajouter :

" Aux institutions chargées du contrôle des finances publiques d'auditer au plus vite la CENI pour s'assurer que les opérations de passation de marché avec la société Miru systèms ont respecté la procédure en la matière. De s'assurer si la société Miru systèms était qualifiée pour fournir un équipement répondant aux normes" a dit la COEL/Lamuka.