Journée contre le travail des enfants: la ministre Ndusi s'engage à renforcer les structures qui militent contre cette pratique

Catégorie
Image
La ministre du genre, famille et enfants, Claudine Ndusi
La ministre du genre, famille et enfants, Claudine Ndusi

Par la Rédaction

La ministre de l'Emploi, travail et prévoyance sociale, Claudine Ndusi s'est engagée à renforcer la capacité des structures concernées par la lutte contre le travail des enfants en améliorant le cadre juridique et en renforçant la législation nationale pour éliminer toutes formes de travail des enfants en veillant sur sa vulgarisation et son application. Ce vœu, le ministre de l'Emploi, travail et prévoyance sociale l'a émis au cours de la cérémonie officielle de la journée internationale contre le travail des enfants. Cette journée a été placée sous le thème international "joindre nos forces au niveau mondial pour supprimer le travail forcé,mettre fin à l'esclavage moderne, à la traître des êtres humains et abolir le travail des enfants". À en croire la ministre Ndusi, c'est engagement s'inscrit également entre autres dans la sensibilisation et mobilisation de la communauté nationale à prendre conscience sur la nécessité de protéger les enfants contre toutes les pires formes d'exploitation et travail forcés, dans l'amélioration des opportunités de scolarisation et dans la lutte contre la vulnérabilité économique. Elle a indiqué que, la RDC participe officiellement à la campagne de lutte contre le travail de enfants depuis 1999, période à laquelle la conférence de bailleurs de fonds associés aux travailleurs sur la démobilisation des enfants associés aux forces armées s'est tenue à Kinshasa. Le pays a entrepris une série de réformes notamment l'institution dans son code 1,2 et 3 du comité mixte mulisectorielle qui a permis d'élaborer un plan d'action national 2021-2020. " Malgré tout ces efforts on assiste à la persistance des conflits armées et une accentuation des violences et de discrimination des enfants", a renchérit la ministre Ndusi profitant de l'occasion pour annoncer que le plan national 2012-2020 est arrivé à terme. Son évaluation, a-t-elle ajouté, s'impose et que la formulation du nouveau plan d'action est une nécessité pour la poursuite des objectifs à atteindre. "Notre voeu le plus cher en ce jour et de joindre nos efforts pour que l'intérêt supérieur de l'enfant congolais soit au centre de notre action commune", a-t-elle souligné. Present à cette cérémonie, le vice+ président de l'intersyndicale nationale du Congo, Francis Kikongi a, quant à lui, lancé un appel pour une mobilisation générale en vue de préserver l'intégrité physique, physiologique ainsi que l'avenir de tous les enfants qui se trouvent malheureusement contre leur gré dans le monde du travail. Selon lui, un effort particulier doit être fourni pour abolir en priorité les pires formes du travail des enfants telles qu'elles sont définies dans la convention 182 de l'organisation internationale de travail (OIT) que la RDC a ratifié. Il sied de signaler que, les enfants victimes de ce fléau ont rehaussé de leur présence cette cérémonie. L'occasion faisant le larron, ces enfants ont fait des plaidoyers envers la communauté nationale et internationale.