RDC : vers un bras de fer entre le gouvernement et le milliardaire Dan Gertler ?

Catégorie
Image
Dan Gertler
Dan Gertler

Par Edmond Izuba

Le gouvernement de Tshisekedi, aujourd'hui en harmonie «plus que parfaite» avec le gouvernement américain, ne voit pas par où protéger Dan Gertler, le milliardaire juif, patron de plusieurs entreprises minières au Congo. L'homme n'a plus bonne presse dans le monde des affaires. A ses basques, plusieurs casseroles sont collées après le départ du régime Kabila. Les masques sont tombés. L'embargo : il lui interdit formellement par l'administration américaine de faire les transactions bancaires en USD. Des sanctions renouvelées par le gouvernement Joe Biden. De nombreuses enquêtes des ONGs internationales l'accusent d'avoir acquis des avantages illégaux lui accordés par le régime Kabila.

«Cet homme d'affaires a bénéficié d'une supercherie pour rendre l'État déficitaire de ses propres biens», tiré du rapport de Global Witness, ONG britannique. La construction de son empire a bénéficié de l'aide de sa proximité avec la famille Kabila.

Kinshasa n'a pas cru aussitôt !

Animé d'une dose «exagérée» de bonne foi, Dan Gertler accepte volontiers de partager les royalties (bénéfices) de sa nouvelle méga plateforme minière « Metalkol ». Ce côté social du milliardaire juif lui a valu les applaudissements et encouragements du peuple congolais dans son ensemble. A travers cette action de partage, Dan Gertler accuse tacitement ses concurrents de n'avoir rien fait en faveur du petit peuple. L'Association congolaise pour l'accès à la justice (ACAJ) n'avait pas caché sa satisfaction après l'annonce de cette œuvre sociale.

L'autre face de l'iceberg, ce sont des lanceurs d'alerte qui tirent vers le bas tous les bienfaits de l'homme d'affaires. Ils lui prêtent non seulement des intentions, mais aussi engagent directement une campagne de dénigrement à travers les rues de Kinshasa. Ce combat né des accusations « sans preuves » contenues dans le rapport de deux ONGs française et britannique, à savoir PLAAF et Global Witness, ont poussé Dan Gertler à porter plainte devant les juridictions françaises et congolaises. L'affaire est en cours.

Le Pétrole lâche Gertler

C'est le ministre Didier Budimbu qui l'annonce en premier : «le gouvernement congolais ne va pas renouveler les contrats pétroliers avec les entreprises de Dan Gertler». Une exclusivité qu'a pu arracher la rédaction d'Opinion-Info.cd qui s'est concrétisée avec la correspondance du Secrétaire général aux concernées. Fin brusque de la lune de miel.

«Notre partenaire était toujours régulier dans le renouvellement ses blocs pétroliers positionnés au Graben Albertine dans la province de l'Ituri et dans cuvette centrale au Kongo Central», s'exprime un membre du ministère.

Pour le nouveau ministre du gouvernement des Warriors, Didier Budimbu, niet ! Le gouvernement de Tshisekedi refuse d'accorder des marchés à des opérateurs économiques véreux.

Agissant au nom du ministre des Hydrocarbures, le secrétaire général de ce ministère a, dans une correspondance adressée au directeur général de Oil of DR Congo, notifié à l'intéressé qu'en vertu des articles 35 et 153 de l'ordonnance n°67-416 du 23 septembre 1967 portant Règlement minier ce qui suit:

"l'exploitation de ce jour, de vos Permis d'Exploitation n°PEXGA/006/ MIN-HYD/SG/02/2011 et  PEXGA/007/MIN-HYD/SG/02/2011 du Août 2021; par conséquent la fin du contrat de partage de production du 05 mai 2010 entre la RDC et l'association CapriKat Ltd et Foxwhelp Ltd".

Aussi, poursuit le secrétaire général aux Hydrocarbures dans sa correspondance, voudrait-il, en conformité avec les articles 24.5 et 25 du CPP quérir de la part du directeur général de Oil of DR Congo, les copies de documents originaux et échantillons relatifs aux travaux pétroliers y compris toutes les informations et les données techniques sur support électronique, relatives aux bloc I et II du Graben Albertine; et l'apurement de toutes les charges liées au contrat.