Congolité : « Cette question doit être traitée avant l'organisation de scrutin de 2023 » (Archevêque L.Katako Mwamba, président de l'APPD)

Catégorie
Image
assemblée nationale
assemblée nationale

Par Serge Mavungu

Le président de la formation politique pour Alliance du Peuple pour le plan de Dieu en République démocratique du Congo (APPD/RDC) et  archevêque, Katako Mwamba, pense que le gouvernement congolais devrait se pencher sur la question de nationalité (ndlr congolité) avant l'organisation du prochain scrutin électoral.

Cet homme de Dieu et politique juge aberrant qu'une Nation puisse plaçait à sa tête une personne d'une nationalité douteuse, un étranger.

Pour étayer sa thèse, il s'est appesanti sur les écritures Saintes dans le  Livre de Deutéronome 17:15 où Dieu en s'adressant au peuple qu'il entrain de conduire, quand il arrivera un moment où vous chercherez à établir un roi, comme ça fait dans dans d'autres Nations, vous n'établirez jamais un étranger mais plutôt un de vos frères.

Et l'archevêque Laurent Katako d'ajouter :" Du temps de Mobutu, une loi avait été votée, en me référant au journal officiel du 1er février 1984, ne peut être président de la République du Zaïre et président du MPR qu'un zaïrois né d'un père et d'une mère zaïroise".

Il a, aussi, fait mention de la loi 005 du 7 mai 2002, portant organisation et fonctionnement de la Banque Centrale du Congo (BCC), section IV disposition commune aux organes de la banque, en son article 40 qui stipule que ne peut être Gouverneur de la BCC, un congolais né de père et de mère congolaise.

Au regard de ces faits sus évoqués, cela prouve à suffisance, à en croire le président de l'APPD/RDC), que cette question d'accès au poste de souveraineté en RDC comme le souhaite Noël Tshiani doit être prise au sérieux.