Kasaï-Oriental : SOS des médecins non affectés dans les hôpitaux publics au Chef de l’Etat

Catégorie
Image
Les médecins non affectés dans les hôpitaux publics lancent un SOS au chef de l'État
Les médecins non affectés dans les hôpitaux publics lancent un SOS au chef de l'État

Par Thertia Kabedi

Les médecins non  affectés dans les hôpitaux publics lancent un SOS au Président de la République.

Depuis l'avènement du président Tshisekedi aucun médecin  y compris ceux ayant finis leurs études depuis  2013 n'ont été affectées dans les hôpitaux publics dans la province du Kasaï Oriental.

Cette situation inquiète plus d'un médecin au  Kasaï Oriental. Ils ont saisi pour ce faire, les autorités provinciales pour qu’une solution urgente soit trouvée en leur faveur.

Ils ont  saisi tour à tour le Ministre  provincial de la santé, la gouverneur intérimaire et ainsi que le bureau de l'Assemblée provinciale du Kasaï Oriental.

« Il y a des médecins non affectés qui avaient raté avant 2019 les affectations, ils traînent pour exercer et aider la Nation dans le secteur de la médecine, nous étions voir le directeur de cabinet de la gouverneur, le conseiller du ministre provincial de la santé ainsi que le bureau de l'Assemblée provinciale représenté par le vice-président, ils nous ont promis une solution » a fait savoir  Docteur Roussel Kabeya Lukusa, Président du collectif des médecins non affectés.

Ce collectif réfute  l'argument  du Ministre provincial de la santé, selon lequel, Il y a pléthore des médecins dans  les structures sanitaires publiques.

Pour le Docteur Roussel Kabeya, seules deux hôpitaux de la ville sont bondés de médecins a l'intérieur de la province où le besoin en personnel médical se pose avec acuité.

Selon l'OMS, en ce qui concerne la responsabilité de médecins en termes de démographie, il faut un médecin pour dix milles habitants.

Fort est de constater que dans le fichier du Kasaï-Oriental, les médecins qui  sont en service et ceux non affectés ayant prêté serment d'Hippocrate, ne sont pas au de la mille, et la démographie du Kasaï Oriental démontre qu'on est  au-delà de six millions.

« Quand on fait la préparation, il y a pas de pléthore. il y a juste quelques hôpitaux de la ville qui sont remplis de médecins hôpitaux, celui de la muya et celui de mbokolo mais à l'intérieur il n’y a pas assez de médecins » a ajouté le Docteur Roussel Kabeya.

Le collectif s'inquiète aussi du fait que seule la province du Kasaï Oriental rechigne encore à affecter les médecins dans les hôpitaux publics ou privés agréés, alors que dans d'autres provinces sur la même période de 2019 et 2020 plusieurs affectations ont été signées par  les gouverneurs de province.