RDC: les médecins brandissent la menace d'une nouvelle grève

Catégorie
Image
Professionnels de la santé
Professionnels de la santé

Par Gabin K.

Un mois seulement après la suspension de leur mouvement de grève, intervenue le 4 août dernier, les médecins envisagent déjà d’y renouer.

Sans langue de bois, ils ont menacé de lever la suspension de la grève si le gouvernement ne respecte pas ses engagements conformément à l'accord du 3 août 2021.

C'est le principal message qui ressort de la déclaration conjointe du Syndicat des médecins du Congo (SYMECO) et du Syndicat national des médecins (SYNAMED) faite ce lundi 6 septembre par le Docteur Juvénal Mwanda.

"A l'issue des négociations entreprises à la suite de la dernière grève observée par les médecins des services publics de l'Etat du 11 juillet au 4 août 2021 que l'accord du 3 août 2021 a été difficilement trouvé entre le banc gouvernemental et le banc syndical avec des engagements pris pour être tenus à court et à moyen terme", rappelle le Docteur Juvénal Mwanda, avant de préciser qu'un mois après la conclusion de cet accord, il a été temps pour les blouses blanches de s'arrêter pour en faire l'évaluation.

C'est ainsi qu'il s'est tenu, vendredi 3 septembre dernier, une réunion d'évaluation entre le SYNAMED et le SYMECO au sujet de "la mise en œuvre de cet accord du 3 août 2021, spécialement les actions prévues à court terme".

Force est de constater que "après analyse, débat et délibération, aucun engagement n’a été tenu tant sur le plan administratif que sur le plan pécuniaire", révèle le messager des médecins qui, à titre illustratif, évoque ce manquement de l'Exécutif national: "le gouvernement n’a pas rendu fonctionnel la commission interministérielle créée et chargée non seulement de l’harmonisation de l’enveloppe salariale et de l’alignement à la prime des risques des médecins mais aussi du suivi de tous les engagements pris dans l’accord du 3 août 2021".

Ce seul manquement constitue, aux yeux des blouses blanches, un motif suffisant pour douter de "la bonne foi et la volonté réelle du gouvernement de tenir les engagements pris, rappelant douloureusement la triste expérience du passé".

Et de rappeler: "le cahier des charges des médecins des services publics de l'Etat est resté le même ces dernières années et a fait l'objet de plusieurs négociations entre le banc gouvernemental et le banc syndical des médecins et ont débouché sur des accords, plusieurs engagements et primes non tenus".

Face à cette situation, les médecins, via leurs syndicats, ont pris l'option de "lever la suspension de la grève si la situation n'est urgemment pas redressée".

Étiquettes