EPST-Scandale aux travaux de la commission paritaire Gouvernement-Banc syndical : un lanceur d'alerte agressé par les syndicalistes !

Catégorie
Image
Un syndicaliste lors de la commission paritaire Gouvernement- banc syndical [ photo d'illustration]
Un syndicaliste lors de la commission paritaire Gouvernement- banc syndical [ photo d'illustration]

Par Stella Ungaro

La nécessité de rompre avec les antivaleurs constitue le leitmotiv de la campagne « Kelasi eza mombongo te » sous la coordination de l’ONG YMAE.

Mais dans cette lutte, la campagne ne fait pas l’unanimité dans le secteur de l’enseignement.

Profitant des assises sur la commission paritaire Gouvernement-Banc syndical, le SG de YMAE avait procédé ce lundi 27 septembre à une visite éclair à la salle Via Nova sur l’avenue de la Science dans la commune de la Gombe.

C’était dans le but de sensibiliser les participants sur la nécessité de rompre avec les antivaleurs.

La visite a vite pris des allures inquiétantes au dernier tour de salle, lorsque le coordonnateur de l’YMAE a été victime d’une agression.

« ...un groupe de syndicalistes visiblement  de Syeco avec en-tête les Compatriotes Cécile Tshiyombo s'est mis à me violenter sévèrement jusqu'à endommager le mégaphone et un des téléphones portables à notre disposition.

Cherchant à me donner un coup sur le visage, dommage ou Dieu Merci selon le cas, que le Saint Esprit a orienté ou à changer la trajectoire de ce coup à la figure de l'un de mes bourreaux. » s’est plaint l’Evangeliste Bondedi SG et coordonnateur de l’YMAE.

D’ores et déjà, la réaction de ces syndicalistes interpelle au plus haut le SG de l’YMAE sur leurs motivations à agir de la sorte.

« En ce qui me concerne, Je pouvais comprendre s'il s'agissait soit des Membres du Cabinet, soit ceux de l'administration ou des Policiers mais pas des gens avec qui, logiquement, nous nous retrouvons parmi les partenaires sociaux et éducatifs du Gouvernement. Des partenaires qui revendiquent ! »

Cependant, se fondant sur sa foi chrétienne, le coordonnateur de la campagne “Kelasi eza mombongo te” a pardonné à ceux qui l’ont offensé.