EPST: la grève du Synecat aile Jean Bosco Puna crée la confusion entre enseignants des écoles catholiques !

Catégorie
Image
[Photo d'illustration]
[Photo d'illustration]

Par Stella Ungaro

En pleine troisième semaine de la rentrée scolaire, il y a nécessité de noter que la confusion persiste dans le secteur de l’enseignement primaire, technique et professionnel, notamment dans les écoles conventionnées catholiques.

Une enquête réalisée par Opinion-info.cd vient de mettre en lumière la tendance entre deux camps des enseignants catholiques. Il s’agit d’une part de ceux qui ont opté pour la reprise des cours. D’autre part, ceux qui continuent à camper sur leurs positions, saboter la gratuité de l’enseignement.

De ces enquêtes, il apparaît clairement que malgré les consignes de certains fauteurs de troubles, la reprise des cours est effective dans certaines écoles conventionnées catholiques de Kinshasa à l’instar du Collège Frères Luzolo (ex St Georges), Collège Alingua, Notre Dame du Congo, contrairement aux écoles conventionnées catholiques de la commune de la Gombe telles que le Collège Boboto et le Lycée Bosangani (Sacre Coeur).

A la base de cette division dans le chef des écoles catholiques conventionnées, certains tireurs de ficelles à l’instar de Jean Bosco Puna cité çà et là.

Pourtant, à Mbwela Lodge, les enseignants des écoles conventionnées catholiques sont valablement représentés par leurs syndicats qui prennent part avec aux discussions.

Cette attitude ne profite en rien aux élèves qui sont sacrifiés au détriment d’une lutte dont les enjeux ne sont connus que de leurs auteurs.

Aux écoles des jésuites, considérées comme les écoles de la catégorie A, à savoir : Collège Boboto et Lycée Bosangani, les enseignants avouent plutôt subir la pression de la part des religieux qui tiennent la gestion de ces établissements scolaires.

A qui profite la crise de la non reprise des cours dans certaines écoles conventionnées catholiques ? Difficile de répondre à ce stade avec exactitude à cette question à ce stade.