Lutte contre la corruption et blanchiment de capitaux : l'APLC scelle un partenariat avec l'EACC du Kenya

Catégorie
Image
Échange de signature du protocole d'accord entre le Coordonnateur de l'APLC et celui de l'EACC du Kenya en présence du ministre d'État en charge de la justice
Échange de signature du protocole d'accord entre le Coordonnateur de l'APLC et celui de l'EACC du Kenya en présence du ministre d'État en charge de la justice

Par Serge Mavungu

L'Agence de Prévention et de Lutte Contre la Corruption (APLC) et la Commission D'Éthique et de Lutte Contre la Corruption (EACC) du Kenya ont, dans le cadre des accords bilatéraux entre les deux États, signé un protocole d'accord, ce jeudi 04 novembre 2021, au siège de l'Institut National de Formation Judiciaire, au palais de la justice.

Prenant la parole pour la circonstance, Thierry Mbulamoko a rappelé à l'assistance que la collaboration entre les deux structures remonte du mois de juin dernier.

Pour ce faire, une équipe de l'APLC s'était rendue au Kenya pour une première série des échanges et sur invitation de la partie congolaise, l'équipe du Kenya séjourne à Kinshasa pour une séance de travail intense question d'approfondir leur relation.

Les instruments juridiques internationaux auxquels la RDC fait partie encouragent de telles initiatives afin de combattre la corruption, le blanchiment des capitaux et autres financement terroristes.

" Le mémorandum de l'accord signé aujourd'hui renferme quelques points comme les échanges des informations et des rencontres entre nos deux structures, ceci d'autant plus que la corruption n'a pas des frontières", a-t-il indiqué.

Et de souligner : " Il faut savoir que l'APLC a été créée depuis mars dernier, nous sommes donc une jeune agence bien que les tâches nous confiées par le chef de l'État sont  immenses, d'où l'impérieuse nécessité de collaborer avec l'EACC qui a une expérience de plus de 20 ans".

Pour sa part, Twalib Mbarak, Coordonnateur de l'EACC a indiqué que leur partenariat avec l'APLC va se focaliser sur le domaine technique.

" Nous ne venons pas en tant que grand-frère vu notre expertise mais plutôt comme un partenaire.

La signature de cet accord marque le début d'un long voyage", a-t-il martelé.

Prenant la parole en dernier lieu, la Ministre d'État, Louise Mutombo a rappelé que le Chef de l'État, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo fait de la lutte contre la corruption un programme au sein du gouvernement.

"Je suis heureuse, en ce jour, de prendre la parole pour la concretisation de la signature par nos deux agences puisque nous savons très bien que le ministère de la justice doit obligatoirement accompagner l'APLC.

Nous voulons voir cette agence bien fonctionnée et à travers ces accords, il y aura un renforcement de capacité effectif de la part de nos homologues kenyans qui ont plus d'expériences que nous et espérons que sur le terrain, il y aura une nouvelle façon de gérer,  d'exécuter et de lutter contre la corruption", a-t-elle déclaré.

Un autre ntemps fort de cette journée a été marquée par un échange entre les Coordonnateurs de deux structures sus évoquées et la presse.