RDC-VBG : Caroline Pindi Norah conscientise la jeune fille à travers la bande dessinée "NON=NON"

Catégorie
Image
La présidente de l'ONG "Mille et Un Espoir", Caroline Pindi Norah prononce son discours lors de la cérémonie du vernissage de sa bande dessinée NON=NON
La présidente de l'ONG "Mille et Un Espoir", Caroline Pindi Norah prononce son discours lors de la cérémonie du vernissage de sa bande dessinée NON=NON

Par Serge Mavungu

Dans le cadre de 16 jours d’activisme de lutte contre les violences sexuelles et violences basées sur le genre, l'ONG "Mille et Un Espoir," qui milite pour un monde où toutes les femmes africaines en général et congolais en particulier vient en paix dans la dignité et où règne la justice sociale, l'égalité et le respect des droits des femmes, a procédé, le weekend au vernissage de la bande dessinée "NON=NON".

Devant les invités qui ont rehaussé de leur présence cette cérémonie organisée à Sultani Hôtel dont Odia Kabakele et Marie-Jeanne Ifoku, la présidente de "Mille et Un Espoir", Caroline Pindi Norah, a déclaré que sa bande dessinée NON=NON" se veut un outil de sensibilisation à la jeune fille sur l'harcèlement sexuel dans les milieux confondus.

À l'en croire, ce phénomène est devenu une gangrène au sein de la société congolaise, tout en reconnaissant que certaines femmes et autres jeunes filles n'arrivent pas dénoncer, d'où elle appelle à l'implication de tous pour y mettre fin.

"J'ai été victime de l'harcèlement sexuel pendant mon cursus scolaire, universitaire et professionnel.Cette expérience m'a forgée.Heureusement pour moi je ne suis pas tombée dans ce piège puisque je savais que les potentialités d'obtenir ce que je veux et non par ce moyen là", a révélé la présidente de "Mille et Un Espoir", Caroline Pindi Norah.

Un autre temps fort de cette activité a été marqué par la déclamation de Slam par  Carmel Makaya et une saynète a été présentée par le groupe Tuma haut Odia Kabakele.

Les contenus de ces deux spectacles ont cadré sur les violences basées sur le genre.

Il sied de signaler que l'ONG "Mille et Un Espoir" lutte également contre le phénomène des mariages forcés et surtout précoce de la jeune fille et de la femme congolaise, elle pousse et aide les victimes à dénoncer les faits et autres méfaits.