Rutshuru-Sociales: des miettes pour les sinistrés, la jeunesse exige l'ouverture des enquêtes

Catégorie
Image
[Photo d'illustration]
[Photo d'illustration]

Par la Rédaction

Le détournement de l'aide humanitaire à Jomba dans le territoire de Rutshuru continue à défrayer la chronique dans la province du Nord-Kivu.

Le Conseil Territorial de la jeunesse/Territoire de Rutshuru est monté au créneau pour fustiger le détournement de l'aide humanitaire destinée à la population sinistrée de Jomba.

Dans une correspondance adressée au Premier Ministre et Chef du Gouvernement, lundi 16 mai, la jeunesse demande l'ouverture des enquêtes sérieuses sur l'utilisation rationnelle de l'enveloppe destinée à l'assistance humanitaire des déplacés internes du Territoire de Rutshuru, car dit-elle, elle est en doute sur l'utilisation de ces fonds dont elle demande aussi de dévoiler le montant réel affectée à cette opération.

En outre, le Conseil Territorial de la Jeunesse a, recommandé au gouvernement que la paix soit retrouvée en urgence dans le Territoire de Rutshuru pour que les déplacés ne puissent pas continuer à subir l'humiliation.

Aussi, il demande une autre assistance humanitaire urgente et digne en faveur des déplacés internes qui répondra à leurs besoins réels en y affectant un suivi des personnes dignes de confiance et compatissantes.

Toutefois, il faut signaler que le Conseil Territorial de la Jeunesse à travers cette correspondance dont Opinion-info.cd s'est procurée une copie, déplore le détournement de l’assistance humanitaire dédiée aux déplacés fuyant les affrontements entre les M23 et des Forces Armées de la République Démocratique du Congo dans le groupement Jomba par un groupe des députés nationaux de la région, une pratique que ce cadre qualifie d’une humiliation infligée aux électeurs.

Cette structure s’indigne du fait qu’environ dix milles (10.000) ménages, estimés à quarante neuf milles (49.000) individus victimes des affrontements dans le groupement de Jomba, Busanza et Bweza, composés des contribuables congolais ne soient servis que des miettes des dons par ces élus nationaux.

Pour rappel, depuis la nuit du 27 au 28 mars jusqu’au 8 avril dernier que les M23 avaient perpétré des attaques à répétition dans le territoire de Rutshuru contre les positions de l’armée congolaise. Ces affrontements ont ensuite occassioné l’abandon de plusieurs agglomérations et un déplacement massif à l’intérieur jusqu’à déborder les frontières congolaises.

Au stade actuel, la population qui vit sous un traumatisme qui ne dit pas son nom, a choisi de se déplacer vers certains lieux sécurisés. Mais toujours est-il qu'elle fait face à l’absence des soins médicaux, des vivres. Il a été aussi signalé des cas des disparitions d'enfants. Bref, les conditions de vie demeurent jusque là, non favorables dans différents sites des déplacés de la zone.