Variole de singe MONKEYPOX: les chercheurs réfléchissent sur l'essai clinique d'un traitement spécifique à l'INRB

Catégorie
Image
La vice-ministre de la Santé Publique, Hygiène et Prévention entourée du Professeur Muyembe et quelques experts en santé
La vice-ministre de la Santé Publique, Hygiène et Prévention entourée du Professeur Muyembe et quelques experts en santé

Par Serge Mavungu

Les experts et chercheurs venus de plusieurs horizons ainsi que les différents partenaires du gouvernement de la République démocratique du Congo (RDC) dans le domaine de la santé.

réfléchissent, du 08 au 12 août courant au siège de l'INRB à Kinshasa, sur l'essai clinique d'un traitement spécifique contre la variole de singe MONKEYPOX.

Dans son discours d'ouverture, la vice-ministre de la Santé Publique Hygiène et Prévention, Véronique Kilumba vice ministre  a indiqué que " le MONKEYPOX sévit en RDC depuis plus de quatre décennies sans traitement ni vaccin approprié".

Il est à noter que depuis le mois de mai dernier, l'on assiste à une augmentation importante de cas de MONKEYPOX dans le monde.

C'est dans ce cadre que l'OMS a déclaré cette épidémie comme une urgence de santé publique de portée internationale, le 23 juillet 2021.

"Depuis lors,il s'est avéré très important et urgent de mutualiser les cerveaux pour la recherche des pistes de solutions tant sur la prévention et la prise en charge de cas de MONKEYPOX par une étude", a dit  

la vice-ministre de la Santé Publique Hygiène et Prévention.

Et de souligner: " le fait de choisir la RDC pour la réalisation de cette étude est un grand privilège car, ce traitement, s'il est efficace, il permettra d'améliorer considérablement la prise en charge et le pronostic vitale de personne atteinte de MONKEYPOX dans notre pays".

Le coordonnateur du Comité Multiséctoriel du Secrétariat Technique de la Riposte contre la covid 19, le professeur Jean Jacques Muyembe,a pour sa part retracé la genèse de cette maladie.

"Le premier cas de MONKEYPOX a été détecté en 1970 et depuis lors, on n'a pas trouvé le médicament ni de vaccin.

Heureusement ou malheureusement cette maladie qui sévissait en Afrique centrale et de l'ouest se retrouve en Europe et en Amérique et se transmet par voie sexuelle.Si l'on y prend pas garde, elle va se transmettre comme le VIH Sida" a-t-il averti.

Étiquettes