Kasaï Oriental: contre fausses promesses, un réseau de charlatans escroque la population à Mbujimayi 

Catégorie
Image
Photo d'illustration
Ville de Mbujimayi [Photo d'illustration]

Par Thertia Kabedi

Depuis un certain moment, des réseaux des charlatans sont de plus en plus florissants dans la ville de Mbujimayi. Ils prétendent multiplier des billets de banque sans toutefois fois que la population ne se rende compte qu'il s'agit d'une escroquerie pure et simple. Ces charlatans se vantent ainsi de posséder un secret merveilleux et en profitent pour soutirer de l'argent auprès des personnes naïves qu'ils attirent. 

Quelques sources sécuritaires approchées par opinion-info.cd, sortent du silence et appellent la population à la vigilance. "La seule institution qui se charge de multiplier les billets n'est que la Banque Centrale du Congo. Aucun individu ne peut se prévaloir d'un don de fabrication et multiplication des billets de banque, il s'agit de l'escroquerie. Et tous les billets supposés multipliés rentrent dans la contrefaçon et sont de faux billets. C'est passible des peines de prison».opinion-info.cd

Dans la commune de Muya, un responsable d'une église, située aux environs du marché Wetrafa est déjà pointé du doigt. Il serait à la tête de ce réseau de charlatans. Des sources ont rapporté qu'il travaille avec un individu qui l'aide dans cette affaires. Actuellement, ils sont tous deux recherchés par les services de sécurité. "Ils sont en train d'escroquer les gens en leur promettant de multiplier des billets de banque en dollars américains ou en francs congolais contre de fausses promesses. Ils sont réputés dans ces louches affaires depuis plusieurs années et dans l'escroquerie des motos."

« Il y a à Mbujimayi un Monsieur qui répond au nom d'apôtre Dianda Alias Betty soi-disant dirigeant d'une église vers simis et son ami Elie non autrement identifié. Ces deux sont en train d'escroquer les gens en leur promettant de multiplier des billets de banque. Toute personne qui entrera en contact avec ces malfrats est tenue de contacter le poste de la police la plus proche», avertissent les services de sécurite.

Étiquettes