Nord-Kivu : La Véranda Mutsanga demande à la Monusco de plier bagage en restant cantonnée dans leurs bases respectives pour éviter toute casse [Tribune]

Catégorie
Image
Casques bleus Monusco
Casques bleus Monusco

Par Stella Ungaro

La circulation de quelques engins de la Monusco reprend timidement dans le Nord-Kivu après forcing avec violences et casses observées depuis un temps

Pour les mouvements citoyens, il s'agit d'une provocation que la population ne digère pas étant donné qu'un affrontement avec la Monusco peut survenir à tout moment. Les congolais tiennent coûte que coûte à exprimer leur mécontentement sur la présence de la Monusco sur le sol congolais.

A travers cette tribune, la Véranda Mutsanga dit tout haut ce qu'elle pense du départ de la Monusco.

"A l'allure où vont les choses, la Monusco devra donc choisir entre le forcing suivi toujours des casses et la paix.

Les incidents à la suite du forcing de passage à *Beni ville* ayant provoqué la mort d'un jeune par balle réelle tirée par la *MONUSCO* dans l'avant-midi de ce mardi 06 septembre 2022, prouvent une fois de plus que la Monusco est devenue une bête noire et un cauchemar pour le peuple congolais victime de l'hypocrisie de cette mission de l'ONU au Congo qui alimente les groupes armés pour maintenir l'est de la RDC dans l'insécurité éternelle afin de justifier leur présence au Congo et le pillage des ressources minérales du Congo.

Un mécanicien gravement blessé par balles de caoutchouc hier lundi, à Goma vers le centre commercial de Birere, est une preuve de plus que la Monusco se comporte désormais en force armée de répression contre le peuple congolais qui ne veut plus d'elle sur son territoire. 

Ces violences et tensions à répétition observées depuis  3mois presque en RDC seulement parce que la Monusco considère le peuple congolais comme un sous ensemble du gouvernement congolais pourtant il (Peuple) est Souverain qui a exprimé à haute voix son opposition à la mission de l'ONU en RDC, risquent de plonger l'est de la RDC dans un cycle des combats permanents entre la population congolaise et la Monusco.

Face à cette énième provocation que veut imposer la Monusco au peuple congolais, il est temps que l'ONU prenne ses responsabilités et d'organiser un départ apaisé de ses troupes si elle veut faire la paix avec les congolais.

Au Chef de l'État congolais Félix Tshisekedi et au gouvernement congolais de dire clairement à l'ONU que le peuple congolais ne veut plus voir la Monusco sur leur territoire. Pour limiter les dégâts et éviter des casses, il serait impérativement prudent que tous les casques bleus et leurs enjeux, restent dans leurs bases respectives et d'organiser dans un bref délai leur départ en Paix.

Ne pas le faire, c'est vouloir provoquer la population congolaise qui tient à tout prix au départ non négociable de la Monusco.

La *Véranda Mutsanga* avertit toute la communauté tant nationale qu'internationale que vaut mieux un mauvais arrangement qu'un bon procès, comme disent les juristes.

Le mauvais arrangement, c'est de voir la Monusco ne pas circuler sur le territoire congolais et très particulièrement à l'est de la RDC puis organiser leur départ en douceur.

Le bon procès, serait le forcing que vous optez en s'exposant aux sanctions populaires des congolais.

Tous les indices sont au rouge et précisent que la colère de la population congolaise, a monté.

Monusco, les congolais ne veulent plus de vous. Rentrez chez vous en paix svp ! 

Les récalcitrants s'en prendront à eux-mêmes.

Nous avons dit"