RDC : des experts en santé prennent part à l'atelier de formation des formateurs nationaux en prévention des risques et l'impact de la Covid sur certaines maladies dont le VIH

Catégorie
Image
Des experts en santé lors de l'atelier de formation des formateurs nationaux organisé à Matadi
Des experts en santé lors de l'atelier de formation des formateurs nationaux organisé à Matadi

Par Serge Mavungu              

Une vingtaine d’experts en santé membres des différentes structures notamment le Programme National de Lutte contre le Paludisme (PNLP), le Programme National de Lutte contre la Tuberculose (PNLT) ,le Programme National de Lutte contre le Sida (PNLS) ainsi que la Commission Communication de Risques et Engagements Communautaires (CREC) prennent part actif à l’atelier de formation des formateurs nationaux en prévention des risques et impacts liés à la Covid-19, sur le VIH sida , la malaria et la tuberculose dans les milieux à haut risque (écoles, universités et églises) depuis mercredi 23 novembre 2023, à Matadi, au Kongo-central.

Cet atelier a pour objectif, de contribuer à la prévention ,la réduction des risques et impacts négatifs de la Covid-19. 

Au regard de la résurgence des cas de maladie à Covid-19, les organisateurs de cet atelier ont jugé utile l'actualisation des différents modules,et la formation des formateurs et points focaux dans la lutte contre ces différentes maladies dans les milieux à haut risque. 

Prenant la parole pour la circonstance, le chargé de communication de SANRU, Patrick Bukasa, a souligné l’importance de l’intégration des trois autres programmes.

" L'intérêt d'avoir ces trois programmes, que sont le Paludisme, la Tuberculose et le VIH, vient de la recommandation de Fonds Mondial qui dans l'optique d'atténuer l'impact de la Covid19 sur lesdits programmes financés par le Fonds Mondial", a déclaré Patrick Bukasa.

Et d'ajouter : " Dans le cadre d'intégration des cibles primaires de ces trois programmes qui sont de personnes vulnérables, parce qu'ils sont dans la cible globale de la CREC, le Fonds Mondial a, ainsi, suggéré qu'un intérêt particulier soit accordé à ces trois cibles qui font partie des personnes à haut risque".

La présidente de la CREC, Marie Claire Fwelo et le chef de bureau de la Direction Générale d’Organisation et Gestion des services et des Soins de Santé DGOGSS, qui a ouvert cet atelier, René Mulaja ont, pour leur part, fait appel à l'assiduité des participants au regard de l'intérêt que revêt cette activité.