Programme économique conclu avec le FMI : «le montant de 7.128 milliards de FC a été dégagé pour la masse salariale en 2023» (Aimé Boji Sangara, MinÉtat du Budget)

Catégorie
Image
De gauche à droite, Malangu Kabedi (Gouverneure de la Banque Centrale du Congo, Nicolas Kazadi (Ministre des finances), Aimé Boji Sangara (Ministre d'État en charge du budget) et le  représentant pays du FMI.
De gauche à droite, Malangu Kabedi (Gouverneure de la Banque Centrale du Congo, Nicolas Kazadi (Ministre des finances), Aimé Boji Sangara (Ministre d'État en charge du budget) et le représentant pays du FMI.

Par la Rédaction

Le ministre d'État, ministre du Budget, Aimé Boji Sangara, son collègue des Finances, Nicolas Kazadi, la Gouverneure de la Banque Centrale du Congo, Malangu Kabedi Mbuyi, et le Représentant résident du FMI , ont co-animé une conférence de presse, ce mardi 22 novembre 2022.

Les chevaliers de la plume ont, au cours de ces échanges, martelé sur la question de l'enveloppe de la masse salariale.

Bien avant de répondre à la préoccupation de la presse nationale et internationale, il a été annoncé deux grandes nouvelles.

Il s'agit de la hausse de la note de la CAA1, perspective positive, à B3 perspective stable, par l'agence de notation Moody's depuis le 11 novembre 2022; et en suite de la signature d'un accord au niveau des services entre les équipes du Fonds Monétaire International (FMI) et les autorités congolaises ce mardi 22 novembre 2022, dans le cadre du Programme économique conclu en 2021.

Concernant la masse salariale, le ministre d'État Aimé Boji Sangara réitéré la ferme volonté du Gouvernement de la République de maintenir ses engagements pris dans le cadre du Programme afin de maintenir les salaires limites permettant de dégager l’espace budgétaire pour le financement des investissements et la réalisation des dépenses sociales. Pour l’heure, a-t-il ajouté, le gouvernement a engagé des échanges avec l’Assemblée Nationale pour prendre en compte le montant de 7.128 milliards de FC convenu avec le FMI.

“Le plafond de la masse salariale est l'un des engagements dans le cadre du programme afin de maintenir les salaires limites permettant de dégager l'espace budgétaire pour le financement des investissements et la réalisation des dépenses sociales. Les discussions avec le FMI ont permis de dégager un accord sur un montant de la masse salariale de 7.128 milliards de FC, représentant plus ou moins 5% du PIB pour l'exercice budgétaire 2023", a-t-il rassuré.

Et d'ajouter: “ C'est ici où il convient de rappeler que dans le projet de Loi de Finances transmis a l'Assemblée Nationale, il était prévu un montant initial de 7.602 milliards de FC, et donc, le Gouvernement a engagé des échanges avec l'Assemblée Nationale pour prendre en compte le montant de 7.128 milliards de FC convenu avec le FMI, ” a conclu le ministre d'État Aimé Boji.

Au sujet la question des retombées budgétaires du programme conclu avec le FMI, Aime Boji a indiqué que la mise en œuvre satisfaisante du programme conclu avec le FMI a permis d'atteindre les principaux résultats:

1. L'appui budgétaire de 750 millions de DTS sur l'allocation spéciale de 1,5 milliards de DTS du FMI dont une quotité a été inscrite au budget de l'État, soit 511 millions USD en 2022 et 203 millions USD en 2023. Cet appui budgétaire a été alloué totalement au financement du programme de développement local pour les 145 territoires;

2. La mise en œuvre d'une gestion budgétaire sur base caisse, qui permet d'assurer la stabilité du cadre macroéconomique à travers la coordination de la politique monétaire et budgétaire du Gouvernement ;

3. L'adoption du décret portant sur la gouvernance budgétaire, ainsi que la production du document des risques budgétaires qui accompagne la Loi de Finances depuis l'exercice 2022 ;

4. L'augmentation du niveau des dépenses sociales et d'investissement ainsi que le maintien des dépenses de rémunérations dans les limites du programme ;

5. L'amélioration de la crédibilité internationale du pays, permettant d'accéder à d'autres guichets de financement, c'est notamment les cas de deux appuis budgétaires de la Banque Mondiale de 250 millions USD chacun, dont le premier a été décaissé en Août 2022 et le second prévu en mars 2023.

Il est à rappeler que le portefeuille d'interventions de cette institution en RDC passe à 7,2 millions USD, échelonnés sur une période de 5 ans ;

6. En fin, la conclusion satisfaisante de chaque revue du programme permet également à la RDC de bénéficier d'un décaissement de plus de 200 millions USD au titre d'appui à la balance paiement des institutions de Bretton woods.