Dossier Bukanga Lonzo : Matata Ponyo dénonce la complicité du sénat à vouloir son "arrestation"

Catégorie
Image
Matata Ponyo, premier ministre honoraire
Augustin Matata Ponyo, premier ministre honoraire

Par la rédaction

L'ancien premier Matata Ponyo sort de son silence après le verdict de la Cour constitutionnelle, qui s'est déclarée incompétente de juger le dernier sur le dossier Bukanga Lonzo. Le sénateur se dit très déçu du rôle joué par ses pairs dans ce dossier.

Dans un extrait d'une interview accordée à la presse, Matata Ponyo dit regrette que le sénat ait travaillé en complicité avec la justice pour son arrestation. Une attitude qu'il digère très mal.

Il sied de noter que la Cour constitutionnelle s’est déclarée incompétente à connaître des poursuites à l'égard de Matata Ponyo, Patrice Kitebi et sud-africain Grobler Christo et nulle, l’action du ministère public. Les exceptions de so incompétence et d’irrecevabilité de l’action du ministère public ont été déclarées recevables et fondées.  

La constitution ne confère pas à la Cour constitutionnelle la compétence de juger un ancien Premier ministre ni un ancien Président de la république. Juger Matata Ponyo devant cette juridiction, c’est le soustraire de son juge naturel qui est la Cour de cassation, a indiqué le président de la Cour Dieudonné Kaluba.