État de siège : la motion de défiance contre le ministre de la défense étouffée, les 60 députés menacent de saisir les instances parlementaires internationales

Catégorie
Image
Assemblée nationale
Assemblée nationale

Par la Rédaction 

Après avoir observé la dégradation de la situation sécuritaire dans les provinces sous état de siège, les députés nationaux, 60 au total, conscients de leur mission ont pris l’option d’adresser une motion de défiance au Ministre de La Défense et Anciens combattants.

Dans cette démarche, ces députés ont été stoppés net par la resistance du Directeur de Cabinet du Président de l’Assemblée Nationale, Samuel Mbemba.

Dénonçant le refus de recevoir cette motion par le bureau de l’Assemblée Nationale, leurs signataires ont fait savoir par un communiqué publié ce mercredi 27 octobre, qu’ils sont prêts à user de toutes les prérogatives leur reconnues en vue de ramener le Bureau de l’Assemblée Nationale au bon sens. 

« Nous n’excluons pas de saisir les instances parlementaires internationales et sous régionales afin de décourager cette pratique anti-démocratique », poursuivent t-ils.

Dans ce communiqué, ces députés signataires de la motion de défiance contre le ministre de La Défense sont largement revenus sur les éléments qui ont empêché la transmission de cette correspondance.

« Conformément à l’article 214 du règlement intérieur de notre chambre, nous avons remis ce mardi 26 octobre à 11heures, le document de notre motion de défiance à l’agent du service courrier du Président de l’Assemblée Nationale en présence de plusieurs témoins. Après avoir lu le contenu de la dite  motion, l’agent du service courrier a contacté par téléphone sa hiérarchie. Il est sorti de son bureau laissant le document de la motion sur sa table sans y avoir apposé le seau pour accuser la réception et sans nous dire le moindre mot ».

Aussi de rajouter: «....après avoir refusé de nous signer un acte d’engagement de recevoir notre motion de défiance le jour suivant tel qu’il le promettait verbalement, il a ordonné aux agents présents de pouvoir prendre leurs, quitter le bureau et nous y seuls ».

Ces signataires ont été surpris de revenir ce mardi 27 octobre sans trouver le service ouvert pendant toute la journée, préjudiciant ainsi tout ceux qui voulaient déposer différents courriers au Bureau de l’Assemblée Nationale.