Journée internationale de la paix: les ONG des droits humains demandent le respect de l'accord cadre d'Addis-Abeba

Catégorie
Image
[Photo d'illustration]
[Photo d'illustration]

Par Stella Ungaro

La journée du 21 septembre de chaque année est consacrée à la commémoration de la journée internationale de la paix. 

À cette occasion, les Organisations de la Société Civile de Kinshasa (OSC) œuvrant dans les droits de l'homme, la consolidation de la paix et la sécurité ainsi que ses partenaires locales ont, à travers un mémo, demandé à tous les signataires de «L’ Accord cadre pour la Paix, la Sécurité et la Coopération pour la République Démocratique du Congo et la Région » signé à Addis-Abeba, le 24 février 2013, de respecter cet accord et de le mettre en œuvre.

Partant du constat que la RDC continue à faire face aux conflits armés crées par les groupes armés tant nationaux qu’étrangers avec toutes les conséquences néfastes sur la population civile et particulièrement sur les femmes et les enfants telles que l’utilisation des violences, viols, déplacements des populations, violations des Droits Humains comme des armes de guerre..., les OSC ont formulé plusieurs recommandations pertinentes à 6 acteurs clés dans la résolution des conflits en RDC.

Il s'agit :

1. Du président rwandais, Paul Kagame,

2. Du président Ougandais, Yoweri Museveni,

3. Du Parlement congolais,

4. Du gouvernement congolais,

5. Des Nations Unies,

6. De la Société Civile.

Voici in extenso le mémo des Organisations de la Société Civile de Kinshasa à l'occasion de la commémoration de la journée de la paix en date du 21 septembre de chaque année.

Page 1
1
Photo 2
2
Photo 3
3
Photo 4
4

 

Étiquettes