RDC: Ça tire sur Thotho Mabiku, ancien conseiller de Félix Tshisekedi nommé Secrétaire exécutif de la CENI

Catégorie
Image
Thotho Mabiku, secrétaire exécutif de la CENI
Thotho Mabiku, secrétaire exécutif de la CENI

Par Gabin K.

A l'annonce des résultats de la présidentielle de décembre 2018, Thotho Mabiku s'est présenté, lors d'une édition spéciale dédiée à ce scrutin sur les antennes de la RFI, comme le conseiller de Félix Tshisekedi, alors président de l'UDPS déclaré vainqueur. 3 ans plus tard, le même Thotho Mabiku débarque à la Commission électorale nationale indépendante (CENI) pour y assumer les fonctions de secrétaire exécutif national en remplacement de Ronsard Malonda.

Sa casquette d'ancien conseiller de Félix Tshisekedi remet en cause son indépendance et donne lieu à des commentaires divers au sujet de sa nomination à ce poste par Dénis Kadima, lui-même accusé d'être "proche du Président de la République". Après le "forcing" pour asseoir Kadima au fauteuil de président de la CENI, la désignation de Mabiku est perçue comme des manœuvres du régime tshisekediste pour se maintenir au pouvoir au-delà de 2023.

"On veut contrôler absolument le processus électoral de bout en bout. On se demande si l'objectif est d'organiser des élections libres, transparentes et crédibles ou simplement d'organiser frauduleusement des élections?", s'interroge, sur un ton dénonciateur, Michael Tshibangu, conseiller de Moïse Katumbi, un des probables rivaux de Félix Tshisekedi à la présidentielle de 2023.

Jean-Claude Katende, activiste de Droits de l'homme, affirme, pour son compte, que le nouveau secrétaire exécutif de la CENI est "membre actif de l'UDPS". Sa nomination, estime-t-il, ne fait que renforcer le discrédit qui pèse sur cette institution d'appui à la démocratie. "Il existe d'autres Congolais qui pouvaient bien occuper ce poste sans trop de casse", dit-il avec regret.

C'est le vendredi 7 janvier 2022 que Thotho Mabiku Totokani a été nommé Secrétaire exécutif national de la CENI par Dénis Kadima, président de cette institution d'appui à la démocratie. Il est "un ingénieur Polytechnicien spécialiste en informatique, en science des données, en statistiques et intelligence artificielle".

Selon le service de communication de la Centrale électorale, le successeur de Malonda "détient une expertise avérée dans la préparation et gestion des projets, préparation électorale, Cloud Computing, l’analyse et traitement et prédiction des données utilisant des méthodes statistiques paramétriques, non-paramétriques, régression linéaire".