Législatives nationales: Jean Lucien Bussa triomphe face au montage grossier de ses adversaires politiques ! [Rapport d'enquêtes sur Budjala]

Catégorie
Image
Jean Lucien Bussa, ministre du Commerce extérieur et député national élu de Budjala
Jean Lucien Bussa, ministre du Commerce extérieur et député national élu de Budjala

Par Gratis Makabi

Victime d'un montage politique grossier au lendemain des législatives nationales combinées au scrutin présidentiel, Jean-Lucien Bussa vient d'être lavé de toute accusation mensongère de tout genre grâce à un rapport circonstancié des irrégularités constatées pendant les élections à la députation nationale et provinciale dans le territoire de Budjala (Sud-Ubangi) des scrutins du 20 décembre 2023.

Ce rapport, fruit d'un travail de fourmi des services d'intelligence, démontre que le ministre congolais chargé du Commerce extérieur n'est impliqué ni de près ni de loin dans les irrégularités lui attribuées. Ainsi, sa réélection, loin d'être entachée d'irrégularités, est valide et les concurrents ne peuvent que s'en prendre à eux-mêmes, mieux se préparer pour les prochaines échéances.

Un document adressé au Gouverneur de Province du Sud-Ubangi à Gemena, et dont une copie est parvenue à la rédaction d'Opinion-info.cd, les services d'intelligence CPT de l'ANR/Territoire de Budjala expliquent que les élections actuelles dans le Territoire de Budjala avaient un caractère tribalo-ethnique, et plus basées sur les clans. 

 En date du 26/12/2023, indique le même rapport, dans la parcelle de Biti Ebola -Il fut le suppléant de la candidate du député National du parti MLC Sud-Ubangi Mani Vincent-, CCV de la CENI, quatre machines à voter ont été découvertes que ce dernier maniait sous sa paillotte et en train de dépouiller. Les Agents de service de renseignement (I'ANR) se sont saisis de ces machines et ont mis main sur le CCV, ses enfants et lui-même, malgré les menaces, coups volontaires contre les Agents, collaborateurs, le CPT de I'ANR avant la descente des éléments de police nationale congolaise “sur l'avenue Lisala quartier Salongo Commune de Budjala”. Les agents de renseignements ont révélé que parmi les quatre machines, l'une était ouverte, et l'un des enfants de Biti Ebola a été conduit et mis à la disposition de la police pour “instruction et orientation” au parquet..

Le service de l'ANR a retrouvé quatre machines à voter entre les mains d'un Taximan nommé Mosigbanala Gbiatembi qui déclare, le CCV de Mbon- za Secteur de Ngombe-Doko de Likimi, Mr Bienvenu Ahutembi Ndozokwe lui a remis ces quatre machines en gage faute d'honorer les frais de transport, ces machines étaient récupérées et mises à la disposition de la police pour “orientation au parquet”. 

Toujours à Mbonza, il y a eu trucage de l'ex-président de l'Assemblée provinciale, prétendant candidat à la députation nationale et un candidat à la députation Provinciale M. Bosadi, ces deux fils majeurs dudit groupement, ont pratiqué la xénophobie car la population ne voudrait pas les voter, ont créé un désordre de chasser les Agents du bureau de vote, dispersés la population se sont saisi des machines en brandissant les pistolets en intimidant la population, ils se sont voté en maniant la machine. 

Pour éclairer votre religion, les deux témoins oculaires Jean Abwana et Christophe Bolele ont certifié aux enquêteurs les faits. 

«Il nous revient que les relations étaient très étroites entre certains CCV et les candidats, leurs fréquentations régulières aux centres, chose qui a semé du désordre», affirment les services de renseignements. 

Le déploiement des machines à voter dans des centres de votes non accompagnés par les éléments de la police nationale congolaise sous prétexte qu'il n'y a eu pas d'argent de sécurisation des élections pouvant permettre aux éléments de la Police d'accompagner les CCV et les Kits électoraux, chose qui a même fait qu'un point focal la CENI, Kengele Ngbanvu, était mort en cours de route avec des machines à voter sur la moto sans un dispositif sécuritaire ni bon témoignage et, les enquêtes jusque-là sans succès par la police.

Pour rappel, 82 candidats députés nationaux ont été invalidés par la CENI, pour fraude, corruption, vandalisme des matériels électoraux, incitation à la violence, et détention illégale des DEV.

Lundi 22 janvier 2024 - 21:34