Kinshasa : les indiens rassurés de la protection physique et de leurs biens par le Chef de la police, le Général Sylvano Kasongo !

Catégorie
Image
Sylvano Kasongo indiens
Sylvano Kasongo indiens

Par la rédaction

Appuyée par leur ambassadeur en poste à Kinshasa, la communauté indienne de la RDC a recouru au Chef de la police de Kinshasa, le Général Sylvano Kasongo. Au menu de  leurs entretiens, la mort mystérieuse de l'étudiant congolais Joël Malu, en Inde. Ces expatriés ont informé que des bruits qui circulent selon lesquels il y aurait encore d'autres étudiants congolais décédés toujours en Inde.

«Ce sont des rumeurs créées par les fauteurs des troubles animés de la volonté de piller les biens d'autrui», a évoqué le Général Sylvano Kasongo.

Le pillage occasionné, ce jeudi dans les avant-midi,  a semé une frayeur sans précédent dans le chef des indiens détenteurs des boutiques et magasins.

«Nous avons enregistré plusieurs cas de vol, de pillage, ce matin, à Limete 9ème Rue. Les pilleurs se sont accaparés des conteneurs et des magasins de friperies des indiens. Grâce à notre intervention rapide, nous avons pu récupérer plus de 40 ballons de friperies. 23 autres ballons de friperie ont été volés.

Nous avons aussi enregistré une voiture de marque Noah, brûlée ainsi que deux autres cassées. Le véhicule brûlé n'appartenait pas aux indiens. C'était pour les libanais», rapporte le Commissaire Divisionnaire adjoint.

Le Général Sylvano Kasongo a profité de la présence de l'ambassadeur indien en poste à Kinshasa, pour rassurer ces commerçants ayant choisi la RDC comme leur deuxième nation en ces termes, mais aussi aux kinois qui font sourde oreille aux missions confiées aux hommes en uniforme.

«Le pillage a causé du tord énorme dans cette ville. Ceux qui prétendent nous faire revivre ces circonstances malheureusement vécues, rencontreront la police sur leur chemin. Nous demandons aux parents de tous ces enfants, à la base de ces comportements criminels, de veiller à l'éducation de leurs enfants afin ne pas toucher aux histoires d'autrui. Parce que le travail de la police consiste à protéger les personnes et leurs biens, quelque soit leur race ou leur couleur politique», a noté le Commissaire provincial et commandant Ville.

D'un ton très apaisant, le Général Sylvano Kasongo demande aux kinois de laisser la justice faire son travail. Le chef de l'État au courant de la situation, a instruit le VPM des affaires étrangères et celui de l'intérieur et sécurité qui gèrent cette question au quotidien, afin que justice soit faite sur cet incident malheureux dont été victime notre compatriote en Inde.

«Seule la justice est pourra nous départager face à cette situation, et non la vengeance et la haine», a-t-il conclu.

Étiquettes