Kinshasa: la Police interdit le port des habits et insignes ressemblant aux tenues des FARDC et Policiers

Catégorie
Image
Le Commissaire provincial de la ville de Kinshasa, Général Sylvano Kasongo
Le Commissaire provincial de la ville de Kinshasa, Général Sylvano Kasongo

Par Gabin K.

A Kinshasa, le Général Sylvano Kasongo, Commissaire provincial de la Police nationale congolaise (PNC), a activé la machine pour une application sans "complaisance" de la mesure prise par le VPM Aselo, interdisant le port d'habits et insignes ressemblant aux tenues des FARDC et des Policiers.

Se conformant à cette mesure et pour en faire large écho, le Général Sylvano Kasongo a tenu à informer "la population de la capitale qu'il est strictement interdit de porter des tenues ou insignes qui s'apparentent à la tenue des militaires des Forces armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) ou de la Police nationale congolaise (PNC) sur toute l'étendue de la ville de Kinshasa". 

Dans son communiqué de ce lundi 20 juin 2022, le Général Kasongo a martelé que "cette mesure ne devra souffrir d'aucun rappel, ni complaisance". Il a en plus "mis en garde tous les récalcitrants", avant d'appeler "les Kinoises et les Kinois à ne pas tomber dans le piège de l'ennemi en stigmatisant des  paisibles personnes à cause de leur faciès".

Par ailleurs, alors qu'il s'observe une montée des discours appelant à la xénophobie et à s'en prendre aux gens à cause de leur faciès, le Commandant de la ville de Kinshasa a rassuré toute la population de sa juridiction que la Police va continuer à mener à bien sa mission régalienne de protéger les personnes et leurs biens sans distinction aucune. 

"La mission régalienne de la Police étant la protection des personnes, qu'elle que soit leur race ou nationalité, et de leurs biens, cette mission sera remplie en toute responsabilité", a-t-il assuré, tout en annonçant la suspension de Hortense Muaki Likongo, Commissaire supérieure adjointe et Commandante de la police de Bandalungwa.

Elle est suspendue pour "avoir laissé se commettre des actes susceptibles de constituer des faits répréhensibles dans sa juridiction". Ce qui constitue une "négligence et violation des consignes".