RDC-Tourisme : le ministre Modero Nsimba fustige la diabolisation à souhait de l’image du pays par certains organismes internationaux !

Catégorie
Image
Modero Nsimba, ministre congolais du tourisme
Modero Nsimba, ministre congolais du tourisme

Par Edmond Izuba

Le ministre du tourisme passe à l’offensive. Sans passer par le dos de la cuillère, Modero Nsimba prend pour responsables du sabotage et diabolisation de l’image de la République démocratique du Congo, certains organismes internationaux qui, pour la plupart, participent au pillage de nos ressources naturelles.

Du haut de la tribune « briefing » réservé pour analyser et commenter les résolutions assorties de la toute première édition de la semaine congolaise du tourisme, tenue à Kolwezi dans la province du Lualaba, le ministre du tourisme s’est mis à vanter les merveilles touristiques que coiffent les secteurs de faunes, flores, arts, innovation, mines, musique, etc..

Le ministre Modero Nsimba trouve anormal et inexplicable qu’après plusieurs efforts fournis par son pays, les mauvaises langues positionnent la RDC dans une place de choix sur la liste « noire » des pays à ne pas visiter.

Surnommé ministre de la publicité de la RDC après la réussite de ces assises, Modero Nsimba se dit être capable de renverser la vapeur.

« La RDC est parmi les pays qui regorgent les espèces animaliers et forestiers les plus rares de la planète. Nous avons la plus grande forêt du monde –forêt Equatoriale- après l’Amazonie. Au côté de cela, nous avons le majestueux fleuve Congo avec sa collision avec l’océan. Nous avons la tourbière –oxygène- capable d’absorber une grande capacité de CO2 (Gaz carbonique). Nous avons nos grands parcs devenus à ce jour patrimoines mondiaux de l’humanité. Nous avons nos richesses minières qui attirent tous les jours les investisseurs. Au Lualaba où nous nous trouvons, il y a près de 15 milles expatriés qui y demeurent. Le pays contribue énormément sur la scène musicale mondiale à travers ses dignes fils. Comment expliquer qu’avec toutes ces potentialités que nous possédons,  soyons toujours sur le quai, liste noire ? », s’interroge Modero Nsimba.

Le ministre affirme avoir déjà trouvé une solution adaptée, après le retour à petit de la RDC au concert des nations, pour lutter contre la diabolisation que subit le pays de Patrice Lumumba et Simon Kimbangu. Il prévoit dans les jours à venir créer les ambassadeurs qui n’auront que pour mission de vendre une autre image du pays à travers leurs talents respectueux.

« En Côte d’ivoire, par exemple, l’Etat a responsabilisé le footballeur Didier Drogba et l’orchestre Magic Système comme ambassadeurs du pays en dehors du continent pour attirer davantage les visiteurs vers leur pays », a noté Modero Nsimba.

Il a signifié par ailleurs qu’il avait déjà pris contact avec nos grands talents Maître Gims et Dadju. « Si visit Rwanda fait le plein en France à travers le club du football Paris Saint Germain, eh ben, nous aussi nous avons Maitre Gims qui remplit seul le même stade à travers ses prestations », a-t-il martelé. À cet effet, le ministre a salué la reconnaissance et l’entrée de la Rumba –une danse d’origine congolaise-, Kumba en Kikongo (Ndlr : nombril en français), dans le patrimoine culturel de l’Unesco.

Au cours de ce point de presse animé conjointement par les ministres du tourisme et celui de la communication et médias, l’occasion a été donnée à la province organisatrice de ces assises de répondre aux questions lui destinées.

« Certes, la nouvelle province du Lualaba ne se développe pas avec la vitesse de croisière que l’on pouvait tous s’attendre, mais lentement et surement », a déclaré la vice-gouverneure et gouverneure ad intérim du Lualaba.

Pour elle, il est plus que temps que le développement de la province reflète les richesses qu’elle regorge. Fifi Masuka affirme avoir bataillé dur pour restaurer la sécurité des personnes et de leurs biens sur toute l’étendue de la sa province.

Étiquettes