Diplomatie : Patrick Muyaya et Gabriel Attal veulent consolider la coopération franco-congolaise à travers la communication

Catégorie
Image
Patrick Muyaya et Gabriel Attal, respectivement porte-parole du gouvernement congolais et porte-parole du gouvernement français.
Patrick Muyaya et Gabriel Attal, respectivement porte-parole du gouvernement congolais et porte-parole du gouvernement français.

Par la rédaction

Le ministre de la communication et des médias, Patrick Muyaya et le français Gabriel Attal ont eu, ce mercredi 10 novembre 2021 à Paris, un échange d’expériences enrichissants. Objectif : renforcer la collaboration et consolider les liens du partenariat franco-congolais.

Les deux personnalités ont, à cette occasion, pu discuter des petits artifices qu’ils utilisent dans la communication avec le peuple. Ce moment de partage d’expériences s’est focalisé en effet sur les thématiques qui fondent l’essence même de leur travail de porte-parole au sein de leur Gouvernement respectif, à savoir: porter la parole du Gouvernement, répondre aux questions de manière transparente, écrire une nouvelle histoire entre la France et l’Afrique.

D'après Patrick Muyaya, « la rencontre a été plutôt belle et enrichissante. » « Je suis content de nos échanges parce que finalement nous faisons face à des mêmes problèmes. Il faut parler aux jeunes qui sont contestataires, et qui veulent de plus en plus savoir ce que nos Gouvernements font », a-t-il noté.

De son côté, le Porte-parole du Gouvernement Français, Gabriel Attal, a salué la pertinence de leurs échanges.

Selon lui, ils font, tous les deux, le même travail et ils appartiennent à la génération.

« Je crois qu’on a envie de faire bouger les lignes. On est deux pays qui sont des pays amis et historiques ayant un partenariat solide. », a souligné Gabriel Attal. Pour qui c’était une belle rencontre autour de la belle langue française. 

Il convient de signaler que les deux porte-parole des Gouvernements congolais et français projettent de se rencontrer de nouveau, dans les prochains mois, afin de poursuivre des discussions autour de leur domaine d’intervention.