Génève-12ème réunion de l’OMC: "la RDC attend de cette réunion des solutions permettant de renforcer son système commercial..." Jean Lucien Bussa

Catégorie
Image
Le ministre du commerce extérieur, Jean Lucien Bussa au milieu de ses homologues africains, au sommet de l'Organisation Mondiale du Commerce
Le ministre du commerce extérieur, Jean Lucien Bussa au milieu de ses homologues africains, au sommet de l'Organisation Mondiale du Commerce

Par Serge Mavungu 

La 12ème conférence de l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC) se tient, depuis le 12 juin 2022, à Genève, en Suisse.

150 ministres du commerce venus de quatre coins du monde prennent part à cette grande rencontre.

La RDC est représentée, à ces assises de 4 jours qui traitent les questions relatives à la réponse de l’OMC à la pandémie à Covid -19, le régime sur l’accord sur la propriété intellectuelle notamment concernant la fabrication des vaccins et médicaments anti-covid, par le ministre du Commerce Extérieur, Jean Lucien Bussa.

Il sera question, au cours de ce forum, de la mise en place et de la diversification de la production des vaccins, de la levée des obstacles à l’exportation des vaccins en faveur des pays en développement.

Prenant la parole pour la circonstance, Jean Lucien Bussa a indiqué que "La RDC attend de cette réunion des solutions courageuses permettant de renforcer notre système commercial multilatéral où la pratique du libre échange n’aura de l’intérêt que si les règles de l’OMC garantissent l’équité, la transparence, l’absence de discrimination et prévisibilité de règles conduisant la croissance de toutes les économies”.

Il a souligné que la RDC est solidaire aux déclarations qui sont faites par les représentants de groupes de négociations auxquels il fait parti et attends de présentes assises la prise en compte de vrais problèmes soulevés sur lesquels tout les chefs de délégations sont revenus pour passer de discours à la réalité.

Il sied de signaler que cette réunion va aussi statuer sur la question relative à la résorption de la crise alimentaire, avec l’accent sur l’agriculture et l’offre des produits alimentaires.

Il revient donc aux ministres de prendre des décisions compatibles à la crise alimentaire en vue d’améliorer la vie des populations, notamment en subventionnant la pêche car celle illégale et excessive endommage le potentiel de la pêche dans le monde.

Étiquettes