RDC : l'amélioration du Cadre Budgétaire à Moyen Terme 2023 à 2025, au centre d'un atelier à Kinshasa

Catégorie
Image
Le ministre d'État, ministre du Budget, Aimé Boji Sangara, prononce son mot d'ouverture lors du Séminaire d'orientation Budgétaire 2023
Le ministre d'État, ministre du Budget, Aimé Boji Sangara, prononce son mot d'ouverture lors du Séminaire d'orientation Budgétaire 2023

Par Serge Mavungu

En prélude de l’élaboration du projet du budget 2023, le Ministère du Budget organise du 7 au 9 juillet 2022, à Sultani Hôtel, le Séminaire d'orientation 
Budgétaire

Dans son mot d'ouverture, le ministre d'État, ministre du Budget Aimé Boji Sangara, qui s'est adressé à l'assistance au nom du Premier Ministre Chef du Gouvernement, a indiqué que ce Séminaire d’orientation Budgétaire pour l’exercice 2023 vise à permettre aux acteurs impliqués dans le processus d’élaboration du budget de contribuer de manière consensuelle, à l'amélioration du  Cadre Budgétaire à Moyen Terme (CBMT), couvrant la période de 2023 à 2025, en vue de permettre au Gouvernement de définir une trajectoire soutenable des Finances Publiques pour la réalisation de son programme d’actions.

Le CBMT 2023-2025 soumis à la discussion au cours de ce Séminaire prend en compte les contextes économiques national et international récents, marqués par la guerre dans l’Est de la RDC et le conflit Russo-Ukrainien. 

"Il nécessite des efforts internes en termes de renforcement des actions du Gouvernement, en vue d’atténuer les effets néfastes sur notre économie. Ce CBMT décline également la politique budgétaire à moyen terme et les politiques des secteurs prioritaires à mettre en œuvre auu cours des trois prochaines années.C’est dans ce cadre que les allocations budgétaires reflétées dans le Cadre des Dépenses à Moyen Terme Central, tiennent compte de l’orientation du Gouvernement en matière de développement économique du pays, afin d’assurer la résilience économique, conformément aux objectifs du Programme d’actions du Gouvernement", a dit le ministre d'État Aimé Boji.

Et d'ajouter: "En substance, les actions envisagées au cours de la période sous examen consistent principalement : (i) à relever les défis du développement du pays, notamment dans le cadre de la poursuite de la mise en œuvre du Programme de Développement Local à la base des 145 Territoires, (ii) à améliorer les conditions sociales des fonctionnaires, policiers et militaires, (iii) à poursuivre la sécurisation de la partie Est du pays (Nord Kivu et Ituri) et à renforcer l’autorité de l’Etat, (iv) à relancer les entreprises publiques en difficulté, (vi) à poursuivre la politique de la fiscalité pétrolière négative afin de maintenir les prix des carburants dans des limites acceptables et (vii) à poursuivre les réformes des finances publiques.En plus de ces objectifs, le Gouvernement vise également la réalisation de différentes réformes au sein de l’Armée et de la Police Nationale Congolaise, la dématérialisation de l’Administration Publique et la consolidation de la démocratie à travers les opérations de recensement et d’identification de la population, ainsi que par l’organisation des élections générales dans le délai constitutionnel.Unu accent sera mis également sur les secteurs porteurs de croissance, notamment l’Agriculture, le Développement rural, l’Aménagement du territoire, l’Industrie, les Infrastructures et travaux publics ainsi que le Tourisme". 

Les fonds à affecter à ces secteurs, a-t-il indiqué, doivent permettre l’accès de la population des territoires ruraux aux infrastructures et services socioéconomiques de base, ainsi que la promotion du développement des économies rurales et des chaines des valeurs locales.

"Le financement des politiques publiques retenues au cours des trois prochaines années devra procéder par la poursuite de l’effort de mobilisation des recettes fiscales et non fiscales observé l’année dernière et au premier semestre 2022 ainsi que par le recours aux dons et aux emprunts provenant des partenaires techniques et financiers de la RDC.Point n’est besoin de rappeler que le Gouvernement de la République, sous l’impulsion de Son Excellence Monsieur Félix Antoine Tshisekedi  Tshilombo Président de la République, Chef de l’État, envisage d’atteindre en moyenne un niveau minimum de budget annuel de l’équivalent en Francs Congolais de 12 milliards de Dollars Américains.

À ce titre, il est recommandé beaucoup d’efforts des services afin de toujours maximiser les recettes et permettre au Gouvernement de financer aisément ses politiques sectorielles.Il va sans dire que les mesures définies dans le CBMT 2022-2024 et dans la Loi des Finances de l’exercice 2022 en termes de mobilisation des ressources, seront poursuivies", a dit Aimé Boji. 

La déclinaison de cette politique budgétaire fait montre d’une volonté d’améliorer la gestion des Finances Publiques et d’aligner le Budget de l’exercice prochain sur les priorités du Gouvernement qui portent le social au cœur de son action.

L'organisation de ce forum est également  l’occasion de réfléchir sur les survenances des risques budgétaires qui peuvent entraver les actions des politiques publiques envisagées, le moyen de les anticiper lors de l’élaboration des prévisions budgétaires des secteurs porteurs de croissance, et des possibilités de dégager des marges de manœuvre pour la mise en œuvre satisfaisante des politiques publiques arrêtées pour la période de 2023 à 2025.

Il sied de signaler que les organisations de la Société civile ainsi que des délégués  de plusieurs Institutions du pays prennent part à ces assises.

Étiquettes