RDC : Jules Alingete met la GECAMINES et la SNCC d’accord pour une patrouille financière et contrôle concomitant prolongé

Catégorie
Image
L'IGF Jules Alingete
L'IGF Jules Alingete lors d'un rencontre avec les syndicalistes et mandataires de la Gecamines et de la SNCF à Lubumbashi

Par la rédaction

L'inspection générale des finances ( IGF ) ne veut nullement faire marche arrière sur sa détermination à mettre fin à la prédation qui a longtemps caractérisé les entreprises du portefeuille de l'État. Dans ce sens, l'IGF chef de service Jules Alingete et Victor Batubenga, son adjoint, ont tous deux effectué le déplacement à la Gecamines et à la Société Nationale de Chemin de Fer du Congo (SNCC) dans la ville de Lubumbashi sur instruction du Chef de l'État.

Ce déplacement, fait remarquer la cellule communication de l'IGF, était pour expliciter aux syndicalistes de la Gecamine et de la SNCC ainsi que les mandataires publics de ces entreprises du portefeuille de l État «les motivations profondes du contrôle concomitant appelé LA PATROUILLE FINANCIÈRE mise en place et ses objectifs poursuivis".

Invité à prendre la parole dans la salle de Gecamines remplie comme un œuf, Jules Alingete a expliqué que l'activation du contrôle concomitant, la patrouille financière, fait suite à l'inefficacité du contrôle de Gestion *à postériori* de mettre fin à la prédation dont la gestion publique faisait l objet.

"La patrouille financière, prévue par les lois de la République, n'est nullement une cogestion mais plutôt un contrôle quotidien des actes de gestion", a-t-il indiqué. 
  
Cette patrouille, a-t-il rajouté, vise premièrement la priorisation de la programmation et paiement des avantages sociaux dûs au personnel pour répondre aux vœux du Président de la République," le peuple d ' abord".

Ensuite, la surveillance des avantages dûs aux Mandataires Publics qui doivent respecter les textes légaux et aussi la fiscalisation des tous les fournisseurs et prestataires qui font des affaires avec les entités publiques. Enfin, la promotion de la culture fiscale par toutes les entreprises de l État et leurs partenaires d ' affaires.

Au sortir de la rencontre, les syndicalistes et mandataires ont salué le bien-fondé de la patrouille financière. Ils estiment que tous les gestionnaires publics doivent intérioriser l'implémentation de la bonne gouvernance vision chère au chef de l État avec la l appui de l'IGF cela permettra ainsi la mobilisation des recettes et le pays réalisera un budget conséquent.