Guinée: Après le coup de force, le chef putschiste promet « un gouvernement d’union nationale »

Catégorie
Image
Mamady Doumbouya chef des forces spéciales guinéennes qui a arrêté Alpha Condé
Mamady Doumbouya chef des forces spéciales guinéennes qui a arrêté Alpha Condé

Par la rédaction

Après avoir annoncé la dissolution des institutions à l’issue d’un coup d’Etat, les putschistes guinéens, qui ont capturé le président Alpha Condé ont promis, lundi 6 septembre, la mise en place d'un "gouvernement d'union nationale" chargé de conduire une période de "transition" politique, et assuré qu'il n'y aurait pas de "chasse aux sorcières" contre l'ancien pouvoir.

"Une concertation sera ouverte pour décrire les grandes lignes de la transition, ensuite un gouvernement d'union nationale sera mis en place pour conduire la transition", a dit le chef putschiste, le lieutenant-colonel Mamady Doumbouya, dans un discours, sans toutefois préciser la durée de la concertation ni de la transition au lendemain d'un coup d'État largement condamné par la communauté internationale mais salué par des scènes de liesse à Conakry.

Mamadou Doumbaya a également tenté de rassurer les partenaires et investisseurs étrangers en déclarant que les nouveaux maîtres de Guinée, important producteur de bauxite et de minerai, tiendraient leurs engagements, et a demandé aux compagnies minières de poursuivre leurs activités.

Le comité mis en place par les putschistes assure "les partenaires économiques et financiers de la poursuite normale des activités dans le pays", a déclaré le lieutenant-colonel Mamady Doumbouya dans son discours. "Le comité assure les partenaires qu'il respectera toutes ses obligations", a-t-il dit.

Les officiers des forces spéciales avaient convoqué les ministres sortants et les présidents des institutions à une réunion lundi à 11 h au Palais du peuple, siège du Parlement. "Tout refus de se présenter sera considéré comme une rébellion", avaient-ils prévenu.

Les forces spéciales guinéennes conduites par leur commandant, le lieutenant-colonel Mamady Doumbouya, disent avoir capturé le chef de l'État pour mettre fin à "la gabegie financière, la pauvreté et la corruption endémique" ou encore "l'instrumentalisation de la justice (et) le piétinement des droits des citoyens".

Un collectif qui s'était mobilisé pendant des mois contre un troisième mandat du président Condé a indiqué que ses membres emprisonnés seraient libérés.

Alpha Condé en "lieu sûr"

Dans une interview exclusive accordée à France 24, Mamady Doumbouya a affirmé que ses hommes détenaient Alpha Condé. "Le président est avec nous. Il est dans un lieu sûr. Il a déjà vu un médecin", a-t-il déclaré. "On tient tout Conakry et on est avec toutes les forces de défense et de sécurité pour enfin mettre fin au mal guinéen", a-t-il poursuivi.

Les putschistes ont également diffusé une vidéo, non authentifiée, du président Condé entre leurs mains. Ils lui demandent s'il a été maltraité, et Alpha Condé, en jeans et chemise froissée dans un canapé, refuse de leur répondre.