Covid-19 Apparition du Variant Omicron : le SG de l'ONU dénonce une discrimination envers les pays de l'Afrique australe

Catégorie
Image
Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres
Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres

Par la rédaction

Le secrétaire général des nations unies, Antonio Guterres monte au créneau pour dénoncer ce qu'il considère comme de l'apartheid de voyage après l'apparition du variant Omicron en Afrique du Sud. Il l'a dit, ce mercredi 01 décembre, au cours d'un tête-à-tête avec le président de la commission de l'Union africaine Mussa Faki Mahamat, mercredi 01 décembre axé sur la crise humanitaire.

Ces deux personnalités ont condamné la discrimination vis-à-vis des pays de l'Afrique australe. Antonio Guterres et Moussa Faki Mahamat estiment que les sanctions prises à l'encontre des pays de l'Afrique australe sont injustes.

Les autorités Sud-africaines veulent à présent imposer le vaccin à tous les citoyens après ces nouvelles révélations. Les examens de ces derniers jours montrent une augmentation exponentielle de personnes contaminées avec ce nouveau variant. Le Ghana, le Nigéria ont enregistré les premiers cas. La France a annoncé la reprise de voyage à partir de ce 04 décembre. 

Jamais un variant du Covid-19 n'avait provoqué autant d'inquiétude depuis l'émergence de Delta. Le nouveau variant Omicron se propage désormais de l'Afrique au Pacifique, du Canada à l'Italie, en passant par l'Allemagne et le Royaume-Uni.

Au moment où le G7 a appelé, lundi 29 novembre, à une "action urgente", l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a de son côté souligné que "la probabilité qu'Omicron se répande au niveau mondial" était "élevée", tout en reconnaissant que de nombreuses inconnues demeuraient. À commencer par sa contagiosité, le niveau de protection conféré par les vaccins contre le Covid-19 existants et la gravité des symptômes provoqués

Étiquettes