COP27 : " L'insécurité dans l'Est de la RDC menace indubitablement les écosystèmes dont la planète a besoin..."(Sama Lukonde )

Catégorie
Image
Le premier ministre Sama Lukonde à la Cop 27
Le premier ministre Sama Lukonde à la Cop 27

Par Serge Mavungu

Le Premier Ministre, Jean-Michel Sama Lukonde , représentant personnel du président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo aux travaux de la 27ème Conférence des parties à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (COP27), a saisi cette opportunité pour attirer l’attention des dirigeants du monde entier sur la situation d’insécurité dans la partie Est qui menace indubitablement les écosystèmes dont la planète a besoin pour sa survie face au réchauffement de la planète. 

Après avoir pris la parole, lundi 7 novembre lors de la rencontre consacrée à l’initiative du Royaume-Uni en faveur des Pays en développement et non pollueurs, indique une dépêche de la cellule de communication de la Primature, le Premier Ministre Sama Lukonde était à la tribune de la COP-27 mardi 8 novembre, devant plusieurs chefs d’Etat et de Gouvernement ainsi que des experts en matière de climat venus du monde entier. 

La RDC faisant face à l’agression rwandaise sous couvert du M23, l’occasion était ainsi offerte au Chef du Gouvernement congolais de dénoncer de nouveau cette agression tout en appelant la communauté internationale au soutien sans faille de la République Démocratique du Congo (RDC) dans ses efforts pour le rétablissement de la Paix et de la Sécurité dans la région.

 "À cela s’ajoutent des problèmes sécuritaires auxquels nous devons faire face notamment l’agression du M23 soutenu par le Rwanda, y compris dans le Parc des Virunga. La présence des groupes armés dans ce patrimoine protégé de l’UNESCO complique davantage notre tâche de préservation de la nature. Le monde doit se lever pour soutenir nos efforts de paix et de sécurité et ainsi mieux protéger nos écosystèmes", a lancé le Premier Ministre Sama Lukonde.

Tout aussi, a-t-il souligné que le besoin financier de la RDC pour la mise en œuvre de sa contribution déterminée au niveau national est à ce jour estimé à 48 milliards de dollars, dont 25 milliards pour l’atténuation et 23 milliards pour l’adaptation. 

Au sujet du processus de vente aux enchères des blocs pétroliers et gaziers, le Représentant du chef de l’État a rassuré les partenaires de la RDC que le pays mettra tout en œuvre pour préserver sa biodiversité et respecter les normes environnementales et sociales. La vision prospective sur l’affectation des revenus issus de cette exploitation permettra entre autres d’améliorer les conditions de vie de des populations congolaises.

Démontrant l’apport non négligeable de la RDC dans les efforts de la planète dans la lutte contre le réchauffement climatique, le Chef du Gouvernement Sama Lukonde a eu des mots justes pour appeler à un appui financier conséquent en faveur de la RDC.

"Avec ses solides atouts climatiques, la République Démocratique du Congo se présente comme Pays-Solution. Force est de constater qu’en dépit de tous les efforts consentis par notre pays pour préserver les forêts tropicales, conserver la biodiversité et lutter contre les changements climatiques, la République Démocratique du Congo ne bénéficie pas des compensations justes et équitables", a-t-il déploré.

Étiquettes