Exclusivité : soupçonné d'être de connivence avec Kigali, Biselele transféré au parquet [ Chronique d'un puissant Conseiller de Fatshi au service de Kagame]

Catégorie
Image
[Photo d'illustration]
Fortunat Biselele , ex-conseiller privé du Président Félix Tshisekedi

Par la Rédaction

Fortunat Biselele, ex-conseiller privé du Président Félix Tshisekedi, est transféré ce vendredi 20 janvier 2023 au parquet près la Cour d'appel de Kinshasa-Gombe.

Soupçonné d'être en connivence avec les services d'intelligence rwandais, «Bifort», tel un fer, est en train de fondre après une détention de près d'une semaine dans les locaux de l'Agence nationale des renseignements (ANR).

Des «fautes graves» pèsent sur lui au point de rendre quasi-inévitable sa culpabilité pour notamment haute trahison et infiltration. C'est ainsi que l'ANR a décidé de le transférer au parquet pour l'ouverture d'une procédure judiciaire, ont confirmé à Opinion-info.cd des sources judiciaires. Laquelle procédure devrait établir sa culpabilité ou non, ont-elles précisé.

En un temps, deux mouvements, Fortunat Biselele est passé d'homme fort du pré-carré du Président Tshisekedi à l'homme qui l'aura espionné comme jamais et travaillé contre ses intérêts, se chuchote-t-on dans le couloir du palais de la nation.

L'homme s'est dévoilé avec son projet mesquin lors d'une récente interview avec le journaliste Alain Foka.

Au cours de cette sortie médiatique, celui que l'on surnomme «Bifort» a laissé entendre que le Président Tshisekedi devrait basculer si les relations avec les USA ne portent pas des fruits escomptés. Que comprendre par basculer: rallier la Russie? Des propos qui sont passés en travers de la gorge des services congolais qui ont à l'œil Biselele depuis des longs mois et passent au crible chacun de ses faits et gestes.

Par ailleurs, dans une récente publication, le média «Africa intelligence» a fait des révélations sur les évènements ayant précédé la déchéance de Biselele.

«De longue date, Bifort est suspecté de collusion avec le pouvoir rwandais de Paul Kagame. Autrefois cadre de la rébellion du RCD (Rassemblement du Congo pour la démocratie) soutenue par le Rwanda, qui l'a formé au renseignement, il a mis à profit cette relation pour tenter de rapprocher Kinshasa de Kigali au début du mandat de Tshisekedi. On lui prête une certaine proximité avec le numéro 1 du renseignement rwandais, le général Joseph Nzabamwita, et l'un des conseillers de Kagame, Patrick Karuretwa. Ses bonnes relations avec Kigali ont toutefois pâti de son rôle dans la tentative de rapprochement fin 2021 avec l'Ouganda de Yoweri Museveni», a écrit le média, notant l'indifférence de Tshisekedi face aux bruits persistants sur les liens entre Biselele et Kigali. 

Ce dernier a toutefois ordonné, et de manière très discrète, Jean-Hervé Mbelu, chef de l'ANR, d'actionner une enquête sur ces accusations répétées. Des plaintes des entreprises minières sur son affairisme ainsi que d'autres preuves ont permis de rendre Tshisekedi à l'évidence, devenu en ce début d'année 2023 très méfiant envers son conseiller privé. « Il ne le prend plus au téléphone et se méfie », souligne le média.

La méfiance de Tshisekedi a crevé le plafond quand Biselele a fait sa sortie médiatique malencontreuse au micro de Foka le 6 janvier dernier. Il a évoqué (expressément pour ridiculiser le Président?) un «deal» entre Tshisekedi et Kagame pour que ce dernier mette à profit son «carnet d'adresse» afin d'assurer une exploitation paisible des minerais congolais.

Pendant ce temps, Jean-Hervé Mbelu Biosha, patron de l'ANR, réputé hostile au Rwanda et à ses relais supposés en RDC, a poursuivi ses investigations.

« Les agents de l'ANR ont perquisitionné les domiciles de Bifort à Goma et à Kinshasa, ce que dément toutefois la famille de l'intéressé. D'importantes sommes d'argent en espèces (de l'ordre de plusieurs millions de dollars) auraient été retrouvées dans sa luxueuse maison à Kinshasa, près du palais de Marbre, dans la commune de Ngaliema. Les services de sécurité seraient également tombés sur un passeport rwandais en cours de validité... Les agents congolais ont également saisi les téléphones et ordinateurs de l'ex-conseiller privé. Leur analyse technique aurait mis au jour des éléments prétendument compromettants sur sa relation avec Kigali».

Ainsi, le glas a sonné pour Fortunat Biselele qui, dans la foulée de son interpellation à l'ANR, a été remplacé par un certain Kahumbu Mandungu Bula au poste de conseiller privé du Chef de l'État.