Détentions arbitraires des personnes à l'ANR : l'ACAJ et Justicia Asbl veulent l'implication du Chef de l'État pour les réformes profondes des services de sécurité

Catégorie
Image
Point de presse ACAJ et Justicia Asbl
Un point de presse conjoint animé par le coordonnateur de l'ACAJ et le responsable de Justicia Asbl, vendredi 05 août

Par G.T

Au cours d'un point de presse conjoint animé, ce vendredi 05 août, l'association congolaise pour l'accès à la et Justicia Asbl ont invité le président à s'impliquer pour les réformes profondes des services de sécurité. Cet appel lancé fait suite aux arrestations arbitraires opérées ces derniers jours par l'agence nationale des renseignements. Les deux ONGs ont dénombré 30 cas de personnes en situation de privation de libertés de mouvement. Elles demandent par ailleurs au gouvernement de faire libérer toutes les personnes en détention arbitraire.

Devant l'assistance, Me Georges Kapiamba a fait remarquer que si les choses ne changent pas, une campagne sera menée menées au niveau international pour obtenir les sanctions ciblées contre les auteurs de ces violations.

Dans la même optique, ces deux ONGs ont balayé d'un revers de la main les critiques portées sur certaines d fonctionnement. " Lorsqu'on est approché la première de chose c'est de nous à l'autorité concernées. Notre méthodologie nous impose une discipline "

*Ci-dessous l'intégralité du communiqué*

Communiqué de presse conjoint

« Arrestations et détentions arbitraires opérées par l’ANR »
Kinshasa, le 5 août 2022, l’Association Congolaise pour l’Accès à la Justice (ACAJ) 
et Justicia Asbl, deux ONGs de défense des droits de l’homme, condamnent les 
arrestations et détentions arbitraires opérées, ce dernier temps, par l’Agence 
Nationale de Renseignement (ANR).
En effet, les deux ONGs ont documenté trente (30) cas de personnes en situation de 
privation de liberté de mouvement, et ce en violation des articles 17, 18 et 19 de la 
Constitution qui garantissent à toute personne interpellée ou détenue, respectivement,
les droits de visite, d’assistance de conseil et d’être présenté devant l’autorité judiciaire 
compétente à l’expiration du délai de la garde à vue. 

Après la libération du journaliste Joseph KAZADI, intervenue hier, ACAJ et Justicia 
Asbl ont dénombré à ce jour trente (30) cas d’arrestation et détention arbitraires avec 
privation de jouissance des droits fondamentaux, attribuables à l’ANR à travers le 
territoire national dont celles de :
1. A Kinshasa :
- MM. DROMA NDOWA Ferdinand et BAELONGANI KAMANGO Freddy, 
respectivement directeur-chef de département et directeur à la SOKIMO S.A, arrêtés
et détenus à l’ANR depuis vingt-cinq jours pour un conflit professionnel.
Dans le cadre du même dossier, Me Ethy KUMBALANI BATINDIE, avocat au Barreau 
de l’Ituri, est aussi recherché pour être arrêté pour les mêmes faits et contraint à vivre 
en clandestinité ;
- M. Jimmy KITENGE, Secrétaire National en charge de communication, et médias au 
sein du parti politique PPRD, enlevé et puis détenu jusqu’à ce jour.
2. A Lubumbashi, province du Haut-Katanga :
- M. Elie KABAMBA, étudiant en 2ème licence à l’Institut des Sciences Commerciales 
de Lubumbashi, qui a été enlevé par des personnes inconnues en date du 29/07/2022 
vers 18 heures, détenu au cachot de l’ANR/Lubumbashi et acheminé à Kamina jusqu’à 
ce jour.
- Le 5 mai 2022, à Lubumbashi, Monsieur Kaya Lipali Franck, âgé de 24 ans, pasteur de son état, a été 
arrêté par les agents de l’ANR et détenu dans leurs cachots plus de 15 jours, au motif qu’il se faisait 
passer pour un proche du chef de l’Etat et en cette qualité il aurait escroqué plusieurs personnes. Apres 
enquête et vérification, il s’est avéré que son numéro a été piraté. Malgré cela a dû passé plus de 2 
semaines en détention avant d’être relaxé.
- Le 02 mars 2022, 5 personnes dont le magistrat Jacques Matanda du parquet près le Tribunal de 
Grande Instance de Lubumbashi et Me Jules Lwamba, avocat près la Cour d’Appel de Lubumbashi ont 
été enlevés dans les bureaux du magistrat ci-haut cité et détenu à l’ANR , puis torturé.
3. Dans la province du Lualaba
- Le 2 juillet 2022, à Kolwezi, province du Lualaba, le président urbain de l’Union des Jeunes Katangais 
(UJK) Monsieur Nawej Lisuku Narcisse a été arrêté par les agents de l’Agence Nationale des Renseignements (ANR) au motif qu’il aurait publié sur sa page Facebook, des images qui porteraient 
atteinte à l’autorité du chef de l’Etat. Il a été détenu au cachot de l’ANR pendant 9 jours.
- le 14 avril 2022, Monsieur Momo Mulapu, communicateur du Gouverneur Muyej et chef de 
département en charge de communication et médias du comité Exécutif du PPRD/Lualaba a été invité 
verbalement à se présenter au bureau de l’ANR/Lualaba, après avoir tenu des propos qualifiés 
d’outrageants à l’endroit du chef de l’Etat lors de l’anniversaire du PPRD le 31 mars 2022 à Kolwezi.
3. A Kamina, province de Haut-Lomami :
- M. Mexa MUKANYA, sans profession, a été arrêté et est détenu jusqu’à ce jour au 
cachot de l’ANR.
L’ACAJ et Justicia Asbl, rappellent que cette situation constitue une menace grave et 
sérieuse contre l’Etat de droit.
L’ACAj et JUSTICIA Asbl invitent le Chef de l’Etat1 de qui relève l’ANR à prendre toutes les mesures qui 
s’imposent pour faire cesser les violations des droits humains commises par ce service.
L’ACAJ et Justicia Asbl, exigent la libération des personnes détenues ou leur transfert 
au Parquet afin de leur permettre d’organiser leur défense.
L’ACAJ et Justicia Asbl, demandent instamment au Gouvernement de la République 
de (1) faire libérer toutes les personnes en détention arbitraire, (2) cesser les recherches 
d’arrestation lancées contre Me Ethy KUMBALANI BATINDIE et (3) amorcer la 
réforme en profondeur des services de sécurité pour faire conformer leurs actes aux 
exigences de l’Etat de droit et faciliter les poursuites judiciaires contre leurs agents qui 
violent les droits fondamentaux de citoyens.
L’ACAJ et JUSTICIA Asbl demandent à l’ANR de se conformer à l’article 3 du décret